Le CSA saisi contre l'apparition télévisée de Farid Benyettou - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le CSA saisi contre l'apparition télévisée de Farid Benyettou

Farid Benyettou, l’ancien mentor des frères Kouachi, était l’invité de Salut les terriens !, sur C8, samedi 7 janvier, à l’occasion de la sortie de son livre « Mon djihad, itinéraire d’un repenti », coécrit avec Dounia Bouzar.
 
A l’occasion de la date anniversaire des attentats de Charlie Hebdo, il a brandi un badge « Je suis Charlie », un geste qui a choqué comme la date choisie pour la sortie de l'ouvrage. La sénatrice Nathalie Goulet, présidente de la Commission Affaires étrangères du Sénat, a annoncé, lundi 9 janvier, qu’elle allait saisir le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).
 
En compagnie du sénateur André Reichardt, elle dénonce le rôle de l’émission de C8 qui a été « le théâtre d’une scène d’une rare indécence ».
 
Les deux parlementaires « rappellent que la déontologie des médias figure parmi les attributions du Conseil supérieur de l’audiovisuel et que, quel que soit le parcours dont se prévaut M. Benyettou, la scène en cause ne pouvait pas être vue autrement que comme une provocation à l’égard des victimes du terrorisme islamiste ».
 
En 2008, Farid Benyettou avait été condamné à six ans de prison à la suite du démantèlement de la filière des Buttes-Chaumont dont il était considéré comme un des cerveaux. Depuis les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015, il se dit repenti et s’est même rapproché de l’anthropologue Dounia Bouzar qui l’a embauché au sein du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI).
 
Nathalie Goulet et André Reichardt disent espérer que « le Conseil saisira cette occasion pour rappeler aux médias la responsabilité qui leur incombe et l’exigence de décence qui s’impose à eux dans le traitement de faits si sensibles ».

Allons bon, faut arrêter un peu, à croire que ces gens n'aiment pas la liberté d'expression, n'aime pas donner une seconde chance à un type qui a fait ses années de prison. En plus, le parti qui critique cette interview, c'est ce même parti qui gouvernait la France entre 2007 et 2012, et que ce Farid a été libéré au bout de 4 ans et non de 6 ans, par Rachida Dati, une de leur collègue de parti...

Bref, dans ce pays, on ne peut plus rien dire alors...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article