Atteinte d'un cancer, une cliente obligée d'enlever son bonnet pour pouvoir entrer aux Galeries Lafayette - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Atteinte d'un cancer, une cliente obligée d'enlever son bonnet pour pouvoir entrer aux Galeries Lafayette

Alors qu'elle s'apprêtait à faire des courses dans cette célèbre enseigne de Toulouse, une mère de famille s'est vu refuser l'accès au magasin car elle voulait porter un bonnet pour cacher son crâne rendu chauve par un traitement en chimiothérapie. Sa fille, qui l'accompagnait, s'est indignée sur les réseaux sociaux et la direction a fini par présenter ses excuses.
 
Effectivement très gênant. Si l'état d'urgence et la menace terroriste en France supposent un supplément de précautions, cet agent de la sécurité des Galeries Lafayette de Toulouse a clairement poussé le bouchon trop loin. Car, comme le relate le post Facebook publié par la fille de cette mère de famille atteinte d'un cancer et qui voulait simplement faire quelques emplettes, le port d'un bonnet pour cacher un crâne devenu chauve à cause de la chimiothérapie est devenu problématique. Le vigile lui demandant de le retirer pour entrer dans le magasin, cette Toulousaine l'a fait : "Pour montrer sa bonne foi, ma mère s'est exécutée, l'agent a alors bien attesté qu'elle n'avait plus de cheveux", explique sa fille sur le réseau social.
 
Mais cela n'a visiblement pas suffi pour cet agent décidément très zélé, qui lui a demandé de rester tête nue pour pouvoir faire ses achats. "Maman, tu voulais juste faire plaisir, en t'achetant une broche pour mettre à ton bonnet pour avoir l'air plus joyeuse, mais au lieu de ça tu es partie de cette enseigne effondrée, humiliée, poursuit la jeune femme sur Facebook. Le petit chien de garde de la galerie Lafayette n'a pas souhaité que tu rentres car tu avais un couvre-chef. Tu as montré ta bonne foi en le retirant. Il a bien vu que tu n'avais plus de cheveux. Tu l'as remis et là, tu n'as pas pu rentrer [...]. Tu t'es effondrée. J'ai honte, honte pour eux !" Et ce n'est pas la seule, car le post a été partagé plus de 18.000 fois sur la plateforme.
 
Sur Facebook et Twitter, cet épisode humiliant n'a pas laissé indifférent, à tel point qu'un appel au boycott de l'enseigne a même été lancé. Face à la polémique grandissante, la direction des Galeries Lafayette a rapidement pris contact avec les victimes et a publié un communiqué pour s'excuser : "Nous sommes désolés, la direction et les 500 collaborateurs ne se reconnaissent pas dans le geste de cet individu. Des investigations sont en cours pour connaître l'identité de celui qui a fauté. [...] Depuis la mise en place du plan Vigipirate, certains vigiles ont le droit de demander aux visiteurs d'enlever ce qui pourrait couvrir leurs visages, mais ce n'est jamais allé aussi loin. C'est un excès de zèle, nous allons agir en conséquence".
 
Contacté par l'AFP, le directeur du magasin toulousain a de son côté écarté le licenciement du vigile, réclamé dans de nombreux messages sur les réseaux sociaux. "L'important est de redonner des consignes claires et que cela ne se renouvelle pas. Chacun peut faire des erreurs", a-t-il déclaré en précisant qu'une rencontre aurait prochainement lieu entre la direction et les deux clientes. Information confirmée par la fille de la victime, qui a accepté les excuses des Galeries. "Ma maman est très heureuse de cette reconnaissance", indique-t-elle sur son compte Facebook.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article