Le Mozart du cinéma dirige ses musiques de films - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Mozart du cinéma dirige ses musiques de films

Un flash-back de plus de quatre heures : marathon régressif de Vladimir Cosma, vendredi à Lyon, pour faire le tour de ses cinquante ans de musiques de films. Délicieux.
 
Il les a toutes faites ! Toutes les musiques de tous les films des années 70, 80, et au-delà : Le Grand Blond avec une chaussure noire, La Boum, Inspecteur la Bavure, Le Jouet, Pleure pas la bouche pleine, Le dîner de cons … tous les Zidi, les Yves Robert, les Boisset, les Mocky, les Veber, les Oury, les Beineix, ils ont tous demandé à Vladimir Cosma d’illustrer leurs films avec ses musiques qui, aujourd’hui encore, résonnent dans notre disque dur. Et en plus, il tourne… et les interprète avec un orchestre symphonique et des chœurs. Autant dire que le récital du maestro en forme de marathon (plus de quatre heures avec entracte) est aussi une madeleine de Proust pour tous les ex-abonnés du film du dimanche soir sur la première chaîne. Ces films qu’on a tant aimés et qui nous rappellent qu’à une certaine époque, Depardieu était beau, Pierre Richard jeune et Coluche vivant.
 
Intrépide pour L’As des as , exotique pour Le Jaguar, yiddish pour Rabbi Jacob , subtile pour Diva, puissante pour Michel Strogoff , monarchique pour L’Aile ou la Cuisse , on réalise à quel point la partition de Cosma se fait toujours complice du film, à la fois présente et discrète.
 
Au fond, un écran projette des images fixes ou des affiches des films. Costume noir, chemise blanche sans cravate, le maestro aujourd’hui âgé de 76 ans passe son concert à tourner le dos à son public, pour diriger son orchestre, puis à lui faire face pour les anecdotes, commentées avec son petit accent slave (il est roumain). « J’ai écrit la chanson Destinée pour le film Les sous-doués en vacances. L’année suivante, Jean-Marie Poiré m’a demandé de l’utiliser pour la scène de danse entre Clavier et Lhermitte dans Le Père Noël est une ordure parce que les droits de Julio Iglésias étaient trop chers ! Claude Zidi et Guy Marchand étaient d’accord… »

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article