Saint-Cloud : polémique autour de Chez Nous, le film inspiré du FN - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Saint-Cloud : polémique autour de Chez Nous, le film inspiré du FN

Le film de Lucas Belvaux, en salles le 22 février prochain, aurait été déprogrammé du cinéma municipal de la ville des Hauts-de-Seine, sur demande de son maire, Éric Berdoati. Mais ce dernier dément cette accusation et se dit «scandalisé».
 
Pour Chez Nous, le prochain film de Lucas Belvaux, la vie avant la salle n'est décidément pas un long fleuve tranquille. Ce long-métrage, qui sortira le 22 février prochain, raconte la conquête du pouvoir par le «Bloc Patriotique», parti d'extrême droite inspiré du Front National, dans le nord de la France. Voilà qui ne plaît à tout le monde, et notamment au maire de Saint-Cloud. Éric Berdoati, élu Les Républicains, aurait en effet refusé de programmer ce long-métrage du cinéma municipal Les Trois Pierrots.
 
Pour quels motifs? «Nous n'en savons rien. C'est la programmatrice de cette salle qui nous a expliqué qu'il avait été refusé par le maire. C'est d'autant plus curieux que nous travaillons très bien d'habitude avec Les Trois Pierrots», s'étonne Jean Labadie, patron du Pacte, la société de distribution du film.
 
Jean Labadie a attendu quelques semaines avant d'envoyer un communiqué de presse signalant ce refus de la part du cinéma de Saint-Cloud. «Nous avons offert la possibilité à Berdoati de visionner Chez Nous, comme nous avons proposé à tout le monde de le voir. Même le responsable culture du FN est venu le visionner», précise encore Jean Labadie. Un appel dans le vide puisque la déprogrammation à Saint-Cloud a été maintenue. «Le film a pourtant été autorisé légalement, n'est soumis à aucune interdiction, et ne présente pas de risques pour l'ordre public qui pourrait justifier des mesures de restrictions», précise encore Le Pacte dans son communiqué, avant d'ajouter qu'aujourd'hui, «280 salles de cinéma ont confirmé la programmation du film».
 
Une accusation à laquelle le maire de Saint-Cloud a répondu ce mardi dans un communiqué de presse. Éric Berdoati se dit «scandalisé» par les affirmations du distributeur, et ajoute: «La programmation art et essai du cinéma Les 3 Pierrots de Saint-Cloud (comme la programmation des spectacles) ne relève pas du maire mais de professionnels qui, comme pour n'importe quelle petite salle, opèrent des choix. Il est à noter qu'une critique négative du film dans «Les Cahiers du Cinéma» avait influencé le programmateur dans son choix final» de ne pas retenir ledit film.
 
La société de distribution rencontre aussi des difficultés de programmation dans des villes dirigées par des membres du Front National, ou ayant de nombreux élus appartenant à ce parti. Et pour cause, Chez Nous aborde le thème du populisme en mettant en scène une histoire qui s'inspire très librement de la conquête politique du fief d'Hénin-Beaumont, dirigé par Steeve Briois, par le parti de Marine Le Pen. Le pitch est simple: Pauline (Émilie Duquenne) est infirmière à domicile dans une petite ville du nord de la France. La jeune femme est admirée par les habitants de sa commune. À la veille des élections municipales, elle est approchée par les dirigeants du Bloc Patriotique, qui vont lui proposer de devenir leur candidate locale. «L'idée de Chez nous vient de mon film précédent, Pas son genre. Je me suis dit: «Mon héroïne coiffeuse, pour qui vote-t-elle?», confiait hier soir le cinéaste au cours d'une avant-première bordelaise.
 
À l'annonce de sa sortie, prévue le 22 février, le film avait suscité de nombreuses réactions négatives au sein du FN, notamment l'indignation du vice-président Florian Philippot, qui y voyait un «petit service rendu au système». Lucas Belvaux avait répondu que Chez Nous n'était pas une œuvre militante, ajoutant que les personnages de son long-métrage étaient moins caricaturaux qu'au FN.
 
Par ailleurs, en 2013, quelques mois après les tensions soulevées par «le mariage pour tous», Éric Berdoati avait fait retirer les affiches du film d'Alain Guiraudie, L'inconnu du lac, des rues de Saint-Cloud. Il avait expliqué avoir pris cette décision après avoir reçu de nombreuses plaintes de la part des habitants de sa ville.

Avec le FHaine, c'est la censure... Ils ne supportent pas la liberté qui ne va pas dans leur sens...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article