Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

L'incroyable scénario du meurtre de la famille Troadec raconté par le procureur : "Il a démembré, brûlé et enterré les corps"

L'incroyable scénario du meurtre de la famille Troadec raconté par le procureur : "Il a démembré, brûlé et enterré les corps"

07h38: Le point complet sur la situation

Le suspect du quadruple meurtre de la famille Troadec a été mis en examen pour assassinats et atteinte à l'intégralité d'un cadavre.

Sa compagne, soeur du père de famille, a quant à elle été mise en examen et écrouée pour "modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres".

Le suspect, Hubert Caouissin, a avoué avoir tué les deux parents Pascal et Brigitte, 49 ans, et leurs deux enfants, Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans, le 16 février.

Il a été mis en examen et écroué lundi soir pour "assassinats" et "atteinte à l'intégralité d'un cadavre", a-t-on appris de source judiciaire.

Sa compagne, Lydie Troadec, sœur du père de famille assassiné, a quant à elle été mise en examen et écrouée pour "modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres", a indiqué une autre source judiciaire.

Le principal suspect, qui n'a pas de casier judiciaire, aurait, après le drame, démembré les corps, en enterrant une partie et brûlant l'autre, a déclaré à la presse le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès.

M. Caouissin a expliqué son geste en évoquant un "soupçon" de "disparition de pièces d'or", lors de la succession du père de Pascal et de Lydie Troadec.

Ces pièces auraient dû être partagées, selon lui.

Lundi soir, une vingtaine de CRS sécurisaient l'entrée d'un chemin menant au corps de ferme où habitait le couple à Pont-de-Buis (Finistère), entre Brest et Quimper.

Sur la boîte aux lettres à l'entrée du chemin, figure le nom "Troadec", a constaté une journaliste de l'AFP.

Selon des voisins, la maison a été achetée "il y a un ou deux ans" mais ils assurent n'avoir "jamais vus" les propriétaires. Proche de la quatre-voies Brest-Quimper et située dans un vallon, la propriété, dont seuls les toits sont visibles, comprend 32 hectares de terres et de bois. Le conflit familial à l'origine du drame remonterait "aux années 2006-2007".

Hubert Caouissin en aurait nourri "une rancœur" à l'encontre de la famille d'Orvault (Loire-Atlantique), a détaillé le procureur. Le 16 février au soir, Hubert Caouissin se rend au domicile des Troadec à Orvault, près de Nantes, à plus de 250 kilomètres de chez lui, dans l'intention de les "espionner".

La famille endormie, il se cache dans le garage, avant d'entrer dans la maison par une porte communicante. Réveillés par le bruit, Pascal et Brigitte Troadec se seraient retrouvés nez-à-nez avec lui.

Le beau-frère aurait alors attrapé un pied-de-biche tenu par le père de famille, tuant les parents, puis les deux enfants, a indiqué le procureur qui évoque une "scène criminelle d'une grande violence".

Du sang, en quantité importante et appartenant à trois des quatre membres de la famille, avait été trouvé dans toute la maison.

Hubert Caouissin n'a quitté le pavillon d'Orvault que le lendemain matin, rejoignant Pont-de-Buis et informant sa compagne du drame. Il revient à Orvault le 17 février dans la soirée pour "nettoyer" la maison.

Le lendemain soir, il met les dépouilles dans le véhicule de Sébastien Troadec, puis passe "les deux, trois jours qui suivent" à "s'efforcer de (les) faire disparaître".

Un jeu de piste morbide Retrouvée jeudi, la voiture du fils avait été garée à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Concernant les indices retrouvés à Dirinon (Finistère), qui ont laissé croire à un "jeu de pistes morbide", le suspect aurait décidé de s'en débarrasser de "manière précipitée", selon le procureur.

"Il y a maintenant un autre enjeu dans ce dossier, c'est bien évidemment (...) de découvrir l'endroit où les corps ont pu être enterrés", a souligné Pierre Sennès.

Placés en garde à vue dimanche matin à Brest (Finistère), le beau-frère et la sœur de Pascal Troadec avaient déjà été interrogés au début de l'enquête. Hubert Caouissin avait alors dit qu'il n'avait plus vu depuis longtemps cette partie de la famille, avec laquelle le couple était fâché en raison d'une histoire d'héritage.

.

Lundi 6 mars 2017

16h56:  "Hubert Caoussin est soupçonné d'assassinat, délit d'atteinte à l'intégrité d'un cadavre. Il encourt la perpétuité" a déclaré le Procureur. Avant de préciser que le parquet de Nantes a saisi les juges d'instruction.

Il évoque également l'"Existence dans la famille Troadec d'un conflit", "relatif à des pièces d'or dans le cadre d'une succession"

"Hubert Caoussin était persuadé que Pascal Troadec a tenté de récupérer des pièces d'or."

"Il prétend s'être rendu à Orvault le 16 pour espionner la famille et recueillir des informations. Il était venu avec un stétoscope pour écouter ce qui se dit à l'intérieur de la maison."

"Vers 23h, il entre et se cache dans le garage. Quand toute la famille est allée se coucher, il entre dans la maison pour prendre une clé qu'il a vue sur un meuble. En faisant cela, il fait du bruit et réveille le couple Troadec. A ce moment-là, il y a une altercation entre Pascal Troadec et Hubert Caoussin." 

"M. Troadec est descendu avec un pied de biche. Hubert Caoussin réussit à s'en emparer et frappe, jusqu'à donner la mort, au couple. Puis ensuite à leurs deux enfants."

Le procureur évoque une "scène criminelle d'une grande violence."

Avant de poursuivre: "Il reste jusqu'au lendemain matin dans le domicile de la famille Troadec et rentre ensuite chez lui. Il informe du drame sa compagne, Lydie.  Il revient ensuite dans la maison pour nettoyer et emporter les corps."

"Le 18 au soir, il met les quatre corps dans la voiture de Sébastien Troadec et les ramène à son domicile. Dans les trois jours qui suivent, il va s'efforcer de faire disparaître les corps."

"Il semble que les corps ont été démembrés. Une partie a été enterrée et l'autre brûlée.", a-t-il rapporté.

Avant de poursuivre: "Ils ont ensuite nettoyer la voiture et l'ont laissée, un peu par hasard, à Saint-Nazaire, pour créer une diversion."

Le procureur précise qu'Il y aura des auditions complémentaires, par les juges d'instruction, à partir d'aujourd'hui.'

Et d'ajouter que "Le couple est aujourd'hui en cours de mise en examen. Le parquet a requis le placement en détention provisoire."

14h09: Le beau-frère et la soeur de Pascal Troadec sont actuellement au palais de justice de Nantes pour être déférés devant le juge.

Les deux suspects, placés en garde à vue hier à Brest, sont arrivés à bord de deux véhicules de police banalisés, sirènes hurlantes, escortés par des motards et deux fourgonnettes.

12h25: Nouvelle révélations de RTL sur cette affaire.

Selon la radio, lors de son audition, démarrée dans la matinée de dimanche le suspect a confié avoir tué les parents Troadec (Pascal et Brigitte, 49 ans), la fille (Charlotte, 18 ans) et le fils (Sébastien, 21 ans) à l'intérieur du domicile.

Il faisait le guet devant la maison, avant d'assassiner les victimes à l'aide d'un objet contondant.

Les corps ont ensuite été démembrés, transportés dans un véhicule puis brûlés dans le Finistère.

Les enquêteurs estiment qu'il est très peu probable de retrouver les corps.

09h55: Le beau-frère de Pascal Troadec a avoué avoir tué les quatre membres de la famille à cause d'un différend familial "vieux de cinq ou six ans" .

Selon les informations de franceinfo , l'homme d'une quarantaine d'années est passé à l'acte à cause d'un "héritage mal partagé" , après la disparition du père de Pascal Troadec et sa sœur.

09h42: Des recherches intenses ont rapidement été diligentées dans la nuit de dimanche à lundi, dans une forêt, à une trentaine de minutes de route de Plouguerneau, dans le Finistère, sur des indications fournies par le suspect en garde à vue.

Aucun corps n’avait été découvert à cette heure.

09h23: Selon le Monde , le suspect aurait assuré avoir agi seul.

On ignore si ses déclarations ont évolué en fin de garde à vue.

La sœur de Pascal Troadec, en revanche, a nié toute implication dans les faits.

Tous deux ont été présentés aux magistrats chargés d’instruire le dossier, ce lundi matin, à Nantes, où une instruction judiciaire avait été ouverte il y a une semaine pour « homicides volontaires, enlèvements et séquestrations ».

Les circonstances dans lesquelles il s’est débarrassé des corps demeurent encore confuses. Pascal Troadec et son épouse Brigitte, 49 ans et leurs enfants Charlotte, 18 ans, et Sébastien, 21 ans, restent toujours introuvables.

06h53: Selon RTL, l'ex-mari de la sœur de Pascal Troadec a avoué aux enquêteurs le quadruple meurtre de la famille.
Dans un premier temps, l'homme avait affirmé à la police ne pas avoir vu Pascal et sa famille depuis longtemps.

Or, l'ADN de l'ancien compagnon de la sœur de Pascal Troadec a été retrouvé dans la maison d'Orvault et dans la voiture de Sébastien Troadec, le fils lui aussi disparu et dont le véhicule soigneusement nettoyé avait été retrouvée à Saint-Nazaire.

Cette dernière information avait poussé les enquêteurs à placer l'ex-beau-frère en garde à vue, dimanche.

Selon le quotidien régional Presse-Océan , un différend familial lié à une histoire d'héritage pourrait avoir conduit le beau-frère a passé à l'acte.

Le journal précise notamment que le beau-frère ou la sœur de Pascal Troadec aurait pu nourrir un ressentiment à son égard et soupçonnerait l’existence d'un lingot d'or conservé après le décès du père de Pascal.

Un lingot qui n'a pas été retrouvé par les enquêteurs.

Pascal Troadec, 49 ans, était employé depuis une dizaine d'années dans une PME spécialisée dans la fabrication d'enseignes luminaires, à Orvault. Son épouse Brigitte, 49 ans, travaillait dans un centre des impôts de Nantes.

Leurs téléphones portables ont cessé d'être actifs pendant la journée du 16 février, sauf celui de Sébastien, éteint le 17 à 3h12.

La soeur de Brigitte avait donné l'alerte quelques jours plus tard, s'inquiétant de ne plus avoir de leurs nouvelles.

.

Dimanche 5 mars

18h23: Le Parisien indique ce soir que les enquêteurs s'intéressent à un possible différend familial.

"Il a pour origine une histoire d'argent liée à un héritage, d'un montant plutôt modeste, remontant à la mi-2016", indique le journal, qui évoque des "lingots d'or".

Les policiers de la police judiciaire de Rennes et de Nantes creusaient discrètement la piste de tensions familiales, restée jusqu’ici confidentielle.

12h15: Selon Presse Océan, il y a une semaine, le samedi 25 février, ces deux personnes avaient en effet été entendus par les enquêteurs, moins de 48 h après la découverte de nombreuses traces de sang dans la maison d'Orvault.

Ils avaient alors fait l'objet d'un interrogatoire de courte durée, pour des vérifications, avant d'être remis en liberté.

Pour rappel, la mesure de garde à vue ne fait pas d'eux des suspects, et encore moins des meurtriers, à ce stade.

12h07: Pour mémoire, en fouillant dans la maison, les enquêteurs avaient fait d'étranges découvertes.

Les enquêteurs remarquent qu’aucun drap ne recouvre les lits.

Dans la salle de bains, ils ne trouvent ni brosse à dents, ni brosse à cheveux.

Dans le réfrigérateur, plusieurs aliments sont périmés.

De la vaisselle se trouve toujours dans l’évier de la cuisine.

Le chauffage est coupé et des draps, pas tout à fait secs, sont étendus à l’intérieur.

Du linge humide se trouve encore dans la machine à laver.

«C'est peut-être un drame familial, peut-être l'intervention d'un tiers, je n'en sais rien», avait indiqué le Procureur en fin de semaine.

Et d'ajouter qu'il n'exclut pas que «certaines victimes sont encore en vie».

Quant à Sébastien Troadec, «présenté comme le suspect numéro 1», le procureur a, là encore, appelé à la prudence:

«Il était féru d'informatique, passait beaucoup de temps sur des jeux vidéo, vivait des moments de conflit avec son père.

Mais dans le même temps, quand on interroge ses camarades, on le décrit comme un garçon tout à fait normal».

12h04: La piste du différend familial prend ainsi de l’ampleur ce midi avec cette garde à vue, mais si on n'en connait pas les raisons pour l'instant.

RTL précise que les enquêteurs auraient retrouvé des traces de ces deux proches de la famille dans la maison ou la voiture des Troadec.

11h56: La sœur et le beau-frère de Pascal Troadec, père disparu avec sa femme et leurs deux enfants, ont été interpellés et placés en garde à vue ce dimanche 5 mars à Brest selon RTL .

Les enquêteurs de la police judiciaire travaillent sur la piste d'un différend familial.

Ils auraient retrouvé des traces de leur passage dans la maison ou bien dans la voiture de la famille - un point qui reste à éclaircir.

Cette avancée déterminante pourrait permettre d'en savoir plus sur le sort de la famille Troadec, disparue depuis le 17 février.

Source JMM

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article