Le journaliste Hugo Clément pose dans une pub, sans avertir son employeur - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le journaliste Hugo Clément pose dans une pub, sans avertir son employeur

Le journaliste Hugo Clément a fait une boulette. Il a accepté de poser pour une pub de chemises, sans en parler à son employeur... Les photos qui "gênaient" sa boîte de production ont été retirées depuis. Ni le journaliste, ni son patron n'ont fait de déclaration.
 
Le site Arrêt sur images, qui décrypte l'actualité des médias, a sorti un article mercredi intitulé « Soldes d'été : le fashion faux pas d'Hugo Clément ». Le site explique en effet que cette figure de l'émission Quotidien joue le « journaliste-mannequin » : Hugo Clément a participé une campagne de pub pour la marque de chemises Hast. Et cette démarche « n'a pas du tout plu à ses employeurs », assure Arrêt sur Images.
 
Sur la page Facebook ou le compte Instagram de la marque, on ne voit qu'un jeune homme, au visage coupé, qui retrousse les manches de sa chemise denim. Impossible de reconnaître le journaliste.
 
Mais en cliquant sur le site de la marque, Arrêt sur Images découvre toutes les images du "shooting photos" dans lequel Hugo Clément pose, sous toutes les coutures, dans les rues de Paris. L'humoriste Frédéric Chau participe à la même campagne de pub.
 
Mais n'allez plus voir sur le site du vendeur de chemises car le visage du jeune journaliste de Quotidien a désormais disparu. Seules quelques captures d'écran antérieures permettent d'authentifier les dires d'Arrêt sur Images.
 
Pourquoi faire disparaître ces clichés ? L'une des explications possibles est que le journaliste n'aurait pas averti sa production qu'il participait à cette campagne de pub. C'est en tout cas ce qu'avance Arrêt sur Images qui assure même que Hugo Clément se serait fait tirer les oreilles pour avoir agi ainsi sans en informer sa boîte de production.
 
Samy Ziani, co-fondateur de la marque, interviewé par Arrêt sur Images, confirme : « Hugo Clément avait gentiment accepté (de faire la séance photo), mais ensuite sa production lui a dit qu'il ne fallait pas qu'il apparaisse, parce que ça les gênait. Il avait accepté sans demander à son employeur ». Il ajoute :« Hugo n’a pas été rémunéré pour ce shooting ». Arrêt sur Images précise que « Ni Hugo Clément, ni Laurent Bon, producteur de Quotidien, n'ont souhaité répondre à leurs questions ».

Ca reste en effet, une faute professionnelle pour un journaliste.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article