Bygmalion : quand Jérôme Lavrilleux pensait au suicide - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Bygmalion : quand Jérôme Lavrilleux pensait au suicide

Jérôme Lavrilleux, acteur principal du feuilleton Bygmalion, revient dans Le Monde de mardi sur ses confidences en mai 2014, qui ont fait rejaillir l'affaire sur Nicolas Sarkozy.
 
C'est un homme à la parole désormais rare qui se confie dans Le Monde de mardi. Jérôme Lavrilleux n'a jamais vraiment reparlé depuis l'été 2014. Le 26 mai de cette année-là, l'ancien bras droit de Jean-François Copé a déclenché une tempête médiatique et juridique inédite : déjà au centre de l'affaire Bygmalion, il a confié ses fautes sur BFMTV, souvent aux bords des larmes. Devant des centaines de milliers de téléspectateurs sidérés, il a détaillé les comptes de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, les dépenses pharaoniques truquées via des fausses factures entre l’UMP et Bygmalion.
 
Depuis, cet eurodéputé de l'Aisne est l'ombre de lui-même, à en croire son portrait dans Le Monde. "Je suis passé dans la lessiveuse, déclare-t-il. J'ai personnellement, moralement, physiquement, payé. Bien plus que ce que prévoit le code pénal." Il revient notamment sur l'épisode de ses confidences de mai 2014 : "Je sais qu'on me reproche d'avoir brisé l'omerta. Ils sont si peu habitués à assumer les conséquences de leurs actes… Alors, il me fallait payer. Cher."
 
Pour la première fois, Jérôme Lavrilleux raconte sa profonde détresse qui a suivie les aveux face caméra. "Au moment où je révèle les choses, j'ai l'impression de me regarder, et je me dis que c'est la fin de ma vie actuelle." Il confie même avoir pensé au suicide en nouant une corde à une poutre de la grange de sa maison. Ce sont deux textos, envoyés par un journaliste de l'AFP et par son intervieweuse de BFMTV Ruth Elkrief, qui ont retenu son geste, explique-t-il avant de glisser : "Ça s'est vraiment joué à pas grand-chose." La journaliste Ruth Elkrief confirme lui avoir envoyé un SMS : "J'avais appris qu'il n'allait pas bien depuis l'interview, ça m'avait touchée. Je me devais d'être à la hauteur humainement."
 
Et maintenant ? Jérôme Lavrilleux ne voit plus d'avenir en politique. S'il se concentre sur son mandat d'eurodéputé - son mandat dure encore deux ans -, il pense surtout à sa reconversion… dans l'hôtellerie. Il explique en effet avoir fait l'acquisition, en Dordogne, d'une grande maison qu'il retape. Il compte louer des gîtes qu'il peine à financer, faute d'obtenir un prêt auprès des banques. La politique ? "C'est une drogue, et j'ai été un drogué consentant […] La politique, j'ai failli en mourir…" Il aurait pourtant pu se reconvertir dans une activité de lobbying ou de communication, plus lucrative. Mais il veut définitivement couper tout lien avec le pouvoir : "J'ai fait vingt ans d'esclavage, donc je me refuse à entrer dans vingt ans de prostitution."

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article