Le jour où... Canal + s'est offert Yves Calvi - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le jour où... Canal + s'est offert Yves Calvi

Le mardi 2 mai, le journaliste de RTL, passé notamment par France 5 et LCI, signait avec la chaîne cryptée.
 
« Bienvenue dans la famille ! » lâche Vincent Bolloré à Yves Calvi. Ce mardi 2 mai, les deux hommes se serrent chaleureusement la main après un déjeuner au siège de Vivendi, la maison mère de Canal (Paris VIII e), située à deux pas de l'Arc de Triomphe. A table, il y a aussi le charismatique producteur Jérôme Bellay, avec qui Calvi a créé « C dans l'air » sur France 5 et sans qui rien ne se fait. L'un des plus gros coups du mercato vient de se conclure en toute discrétion. « Calvi a été séduit par le projet, confie un de ses proches. En sortant de ce rendez-vous, il s'est dit partant pour au moins cinq ans. »
 
A la rentrée, le journaliste présentera une nouvelle émission d'actualité qui prend la place du « Grand Journal » et du « Petit Journal », dont les audiences ont été catastrophiques. « Après une année de transition, on a eu envie d'écrire une autre histoire, explique Gérald-Brice Viret, le directeur général des antennes du groupe Canal +, qui a contribué à cette prise de guerre. Ce sera radicalement différent de ce qu'on faisait avant. Yves Calvi va s'adapter à Canal +, mais s'il nous rejoint, c'est pour faire du Calvi. On ne lui a pas demandé d'animer un divertissement. »
 
Coïncidence, ce dernier occupera tout de même l'ancien studio de « Touche pas à mon poste », dans les locaux de C 8. Mais pour lui, ce sera sans « fanzouzes ». « Calvi ne veut pas de public », confie un cadre.
 
Au cours du déjeuner décisif, le présentateur a surtout exigé de ne pas être à l'antenne le vendredi. Condition qui lui avait été refusée sur LCI. Sur Canal +, Pierre Ménès prendra son relais en fin de semaine avec une émission de football.
 
L'horaire a aussi fait l'objet de discussions. « Au départ, Yves Calvi ne voulait pas finir après 20 h 30, glisse un responsable. Quand on présente la matinale de RTL, on est à trente minutes près de sommeil. » Autre point important, il tenait à être au coeur d'une rédaction. La direction de Canal + a, là encore, la solution : CNews doit remplacer les nombreux journalistes qui ont claqué la porte quand Morandini a débarqué l'an dernier. La nouvelle émission sera d'ailleurs rediffusée sur la chaîne info à 22 heures. « Toutes les planètes se sont alignées », commente un salarié de Canal +. Au cas où, la chaîne avait quand même approché Laurent Delahousse et Stéphane Bern. Michel Drucker était aussi intéressé. Mais parole de Gérald-Brice Viret : « Yves Calvi était notre premier choix. Il remplit toutes les cases : proximité, décryptage, info. »
 
Le présentateur historique de « C dans l'air » était dans le viseur de la chaîne cryptée depuis plus d'un an. « On voulait déjà l'approcher au printemps 2016 en prévision du lancement de CNews, confie Gérald-Brice Viret. Mais à l'époque, il était encore à France 5 et on pensait qu'il était inaccessible. Et puis, il est parti sur LCI... » Là-bas, il multiplie les audiences par quatre avec « 24 Heures en question » : 200 000 téléspectateurs le regardent chaque soir de 18 heures à 20 heures. Mais la lune de miel est de courte durée. « L'équipe de Calvi, installée trois étages au-dessus de la rédaction, n'avait pas l'impression d'avoir assez de moyens, et la direction trouvait qu'ils en demandaient trop », rapporte un cadre de la chaîne. Une aubaine pour Canal +.
 
Début 2017, l'équipe de Bolloré reçoit Yves Calvi. « Il nous a dit : Je viens de démarrer une nouvelle aventure sur LCI, mais la vôtre me tente. Pourquoi pas ? confie le DG de Canal +. On a bien compris qu'il était à l'étroit là-bas et avait envie de retrouver une belle exposition. »
 
A l'approche de l'élection présidentielle, les contacts se précisent. Le week-end du premier tour, Yves Calvi évoque son départ avec Catherine Nayl, directrice de l'information de TF 1, et Thierry Thuillier, le patron de LCI. « A ce moment-là, ils n'ont pas tenté de le retenir », glisse un proche du journaliste.
 
L'ex-présentateur de « C dans l'air » a déjà un pied à Canal +. Mais Thierry Thuillier attendra le 3 mai, à 11 h 41, pour annoncer à ses collaborateurs le départ de la locomotive de l'avant-soirée, qui emportera dans ses wagons quatre rédacteurs et un reporteur d'images. « Thierry Thuillier a vécu ça comme un pillage, une trahison », confie un rédacteur en chef.
 
Mais ce méga transfert n'aurait pas eu lieu sans un autre intermédiaire de poids : Cyril Hanouna, le super DRH du PAF. Il y a deux ans, c'est lui qui a glissé en premier le nom d'Yves Calvi — qu'il voulait produire — à l'oreille de Vincent Bolloré. « Hanouna a convaincu Bolloré que Calvi était la meilleure personne pour l'access de Canal +, glisse un proche. D'autant plus qu'ils n'ont pas les mêmes cibles. Et quand Bolloré veut vraiment quelqu'un, il l'a. »
 
Yves Calvi, accompagné de la journaliste Alice Darfeuille pour le JT et de la comédienne Camille Lavabre pour la météo, parviendra-t-il à remonter les audiences de l'access prime time de Canal + ? De 18 h 45 à 21 heures, la chaîne compte sur lui pour chiper des téléspectateurs à France 5, son ex-employeur avant LCI. Le journaliste emblématique hérite d'une case sinistrée... à risques. Le 3 mars, la chaîne a débranché « le Grand Journal » devant 164 000 fidèles. Dix fois moins qu'à la grande époque de Michel Denisot. Et beaucoup d'autres s'y sont cassé les dents. Même à l'apogée de la chaîne cryptée, après l'arrêt de « Nulle part ailleurs », Frédéric Beigbeder et son « Hypershow », « Maurad contre le reste du monde », « le Vrai journal » de Karl Zéro ainsi qu'Emmanuel Chain avec « Merci pour l'info » ont tous connu des échecs.

Ils vont se casser la gueule avec ce genre d'émissions...

Et preuve que Hanouna se prend pour le patron du groupe Canal...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article