Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

La première réaction de Marine le Pen après la levée de son immunité parlementaire : "On veut me museler"

La première réaction de Marine le Pen après la levée de son immunité parlementaire : "On veut me museler"
Le bureau de l’Assemblée nationale a décidé mercredi après une demande judiciaire en vue de lever l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, députée FN qui avait diffusé sur Twitter des photos d’une victime du groupe Etat islamique, a-t-on appris de sources parlementaires.
 
Le bureau, plus haute instance collégiale de l’Assemblée composée de 22 députés, ne s’est pas prononcé sur le fond du dossier concernant la présidente du FN, comme habituellement, mais sur le caractère sérieux, loyal et sincère de la demande de la justice. Marine Le Pen avait publié en 2015 des photos violentes de propagande de l'État islamique sur le réseau social.
 
Au début de l'après-midi, Marine Le Pen a réagi à la levée de son immunité parlementaire. Pour elle, c'est une "décision de basse politique politicienne".
 
Le Code pénal punit de trois ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende le fait « de diffuser (…) un message à caractère violent, incitant au terrorisme, pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine » lorsque ce message est « susceptible d’être vu ou perçu par un mineur ».
 
En fin de journée, Marine le Pen a tenu à réagir dans un communiqué de presse.
 
"Le gouvernement actuel s’inscrit ainsi une nouvelle fois dans la continuité du précédent, car c’est Bernard Cazeneuve, alors ministre socialiste de l’Intérieur, qui avait saisi la justice dans cette affaire de liberté d’expression politique.
 
En effet, souhaitant dénoncer le parallèle ignoble établi entre le Front National et l’Etat islamique sur le plateau de BFMTV en décembre 2015, j’avais publié sur le réseau Twitter des photos des exactions de l’organisation terroriste, photos montrant l’horrible réalité de ces crimes.", a-t-elle déclaré.
 
Et d'ajouter: "En s’associant à cette opération politique menée hier par un ministre socialiste et aujourd’hui par une ministre en marche, les deux étant résolument engagés dans un combat violent contre le Front national, le bureau de l’Assemblée nationale affiche une volonté clairement revendiquée de persécuter une adversaire politique et de tenter de museler celle qui incarne l’opposition et l’alternative au pouvoir en place."
 
"Au moment où la France est la cible permanente des attentats islamistes, où nos compatriotes sont sauvagement assassinés par les tueurs de l’Etat islamique, il est pour le moins scandaleux que l’Assemblée nationale feigne d’ignorer le fond de cette affaire et cherche à lui donner une connotation totalement étrangère au but qui était poursuivi.", a-t-elle écrit.
Et de conclure: "Le pouvoir et ceux qui le servent entendent donner à cette affaire une tournure politique. Un procès sera donc l’occasion de dénoncer publiquement les agissements monstrueux de l’Etat islamique, mais également les défaillances coupables des pouvoirs publics."
 
Source JMM

Et allez, elle préfère pleurnicher et non se remettre en question...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article