Affaire Grégory : Marcel Jacob est autorisé à rentrer chez lui - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Affaire Grégory : Marcel Jacob est autorisé à rentrer chez lui

La chambre d'instruction de Dijon a assoupli ce mercredi le contrôle judiciaire de Marcel Jacob, mis en examen dans l'affaire Grégory. Il y a juste un mois, les magistrats avaient accepté d'alléger celui de son épouse, également soupçonnée du rapt et du meurtre de Grégory Villemin en 1984.
 
Marcel Jacob va pouvoir rentrer pour Noël dans les Vosges et retrouver sa famille. La chambre d'instruction de Dijon s'est prononcée ce mercredi pour l'allègement du contrôle judiciaire du grand-oncle de Grégory Villemin, mis en examen en juin pour "enlèvement et séquestration suivis de mort" de l'enfant.
 
Son avocat, Me Stéphane Giuranna, demandait "la levée partielle du contrôle judiciaire, avec la possibilité pour monsieur et madame Jacob de se réunir pour les fêtes de fin d'année et pour l'avenir à leur domicile". C'est bien le cas : Marcel Jacob est autorisé à regagner son domicile à Aumontzey et à entrer en relation avec son épouse. "Les autres obligations du contrôle judiciaire sont maintenues", a précisé le procureur général de Dijon. Le 20 novembre, Jacqueline, l'épouse de Marcel Jacob, également poursuivie dans cette affaire, avait déjà été autorisée par la justice à réintégrer le domicile conjugal dans les Vosges.
 
Avant que la chambre se retire pour préparer sa décision, l'avocat de Marcel Jacob a affirmé que l'accusation "s'effondrait au fur et à mesure des investigations". Lors d'une précédente audience, le 4 décembre, Me Giuranna avait fourni aux enquêteurs de nouveaux témoignages attestant, selon lui, de l'alibi de Marcel Jacob : "Le 16 octobre 1984, il était en compagnie de son épouse à son usine de 13 heures à 21 heures, j'ai donné de nouveaux éléments qui le confirment".
 
Comme lors des précédentes demandes de modification du contrôle judiciaire, le procureur général s'était opposé à la demande de Marcel Jacob, évoquant un risque de concertation et la poursuite des investigations.
 
Jacqueline et Marcel Jacob, grande-tante et grand-oncle de Grégory Villemin sont soupçonnés d'avoir été des "corbeaux" d'une affaire qui fourmille de lettres anonymes, et d'être impliqués dans l'enlèvement du garçon de 4 ans, retrouvé mort dans la Vologne, le 16 octobre 1984. Mis en examen et brièvement écroués en juin 2017, ils avaient été placés sous un strict contrôle judiciaire, avec obligation de résider séparément et loin de leur domicile d'Aumontzey, dans les Vosges.
 
La troisième personne actuellement mise en examen dans ce dossier est Murielle Bolle, 48 ans, la belle-soeur du tout premier suspect, Bernard Laroche, tué par Jean-Marie Villemin en 1985. Soupçonnée d'avoir elle aussi participé à l'enlèvement et à la mort de Grégory, elle demande la levée de cette mise en examen.
 
L'enquête se déroule dans un climat tendu : le parquet de Dijon reçoit de nombreuses lettres depuis que l'affaire a été relancée, y compris des menaces de mort à l'encontre du procureur général, Jean-Jacques Bosc.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article