Découvrez la vidéo d'un collégien harcelé au collège qui bouleverse toute l'Amérique et reçoit le soutien nombreuses stars - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Découvrez la vidéo d'un collégien harcelé au collège qui bouleverse toute l'Amérique et reçoit le soutien nombreuses stars

Depuis quelques jours, l'histoire d'un écolier américain victime de harcèlement touche les Etats-Unis, et même au-delà. La mère de Keaton Jones a posté une vidéo sur Facebook dans laquelle il apparaît en larmes après avoir été victime de harcèlement à l'école.

Il lui avait même demandé de venir la chercher au plus vite à son collège de Maynardville dans le Tennessee, de peur d'être persécuté à la cantine.

"Ils se moquent de mon nez, il disent que je suis moche, ils disent que je n'ai pas d'amis", explique-t-il face à la caméra.

Et d'ajouter, en larmes: "Ils me versent du lait dessus et mettent du jambon sur mes habits, ils me jettent du pain (...). Je n'aime pas ce qu'ils me font et bien sûr je n'aime pas qu'ils le fassent à d'autres".

"Les gens qui sont différents n'ont pas besoin d'être critiqués pour ça, ce n'est pas leur faute. Si on se moque de vous, ne vous laissez pas embêter par ça --restez forts, simplement", a--t-il poursuivi.

Et de conclure: "ça ira mieux un jour".

Face à la détresse et à la peur de ce petit garçon, des milliers de personnes ont décidé de se mobiliser. Le hashtag #AvecKeaton, #StandWithKeaton en anglais, a même été lancé sur les réseaux sociaux.

Des célébrités sont même montées au créneau, comme la chanteuse Katy Perry, les acteurs Mark Hamill (Star Wars) et Mark Ruffalo (Hulk), Millie Bobby Brown, la jeune actrice qui interprète "Onze" dans la série à succès Stranger Things, et le chroniqueur de Fox News Sean Hannity.

"Reste fort, Keaton", a par exemple écrit l'acteur américain Chris Evans, qui en a profité pour inviter Keaton Jones à la première des Avengers l'an prochain à Los Angeles.

"Garde la tête haute", a quant à lui déclaré la star de NBA LeBron James. De son côté, Snoop Dogg a affirmé sur Instagram que Keaton avait "un ami avec moi pour la vie (...) l'amour est la seule manière de combattre la haine".

Et le patron de l’UFC (Ultimate Fighting Championship, principal organisateur de combats d’arts martiaux mixtes), Dana White, l’a invité au siège de l’organisation à Las Vegas et Donald Trump Jr., le fils du président américain, a proposé de l’héberger à l’hôtel Trump de la capitale du jeu.

Sa mère, Kimberly Jones, a tenu à remercier toutes les personnes soutenant son fils: "Mes amis, submergée est l'euphémisme du jour. J'aime chacun d'entre vous pour ce que vous faites".

Du côté du collège de Maynardville, Greg Clay, affirme au quotidien local Knoxville News Sentinel ne pas être au courant du harcèlement évoqué par Keaton, précisant toutefois que l'incident raconté dans la vidéo datait de plusieurs semaines.

"Je ne peux pas vous dire ce qui a été fait, mais je peux vous dire que nous avons agi auprès des enfants", a-t-il déclaré.

La famille du collégien a également été prise pour cible. Un compte Instagram au nom de Kimberly Jones montre des photos d’enfants - dont l’un ressemble à Keaton - portant des drapeaux confédérés, symbole du passé raciste et esclavagiste du pays.

« Ceux qui nous connaissent, moi et ma famille, savent que nous ne sommes pas racistes », a protesté la grande soeur de Keaton, Kalyn, sur son compte twitter, assurant que la page Instagram était un faux.

Malgré des campagnes de prévention, 40% des élèves américains ont été témoins de cas de harcèlement scolaire, selon une étude publiée en juin 2017 dans la revue spécialisée « Pediatrics ».

Melania Trump, mère du plus jeune des enfants du président américain --Barron, 11 ans--, avait demandé en octobre aux enfants de choisir « la gentillesse et la compassion ». Depuis son entrée à la Maison-Blanche, Donald Trump a toutefois été régulièrement accusé de se servir de son statut présidentiel pour intimider des personnes, notamment en les attaquant nommément sur Twitter.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article