Accident mortel de l'émission "Dropped" : La société de production condamnée pour "faute inexcusable" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Accident mortel de l'émission "Dropped" : La société de production condamnée pour "faute inexcusable"

La société de production de l'émission "Dropped" a été condamnée pour "faute inexcusable" à indemniser la famille d'un cameraman mort en 2015 dans un accident d'hélicoptères lors d'un tournage en Argentine.
 
Le 9 mars 2015, un accident survenait en Argentine sur le tournage de l'émission de télé réalité Dropped. Deux hélicoptères entraient en collision avant de se crasher. Dix personnes avaient été tués dont les sportifs Camille Muffat, Alexis Vastine et Florence Arthaud mais aussi des membres de l'équipe technique.
 
Deux ans après le drame, la société de production a été condamnée pour "faute inexcusable" à indemniser la famille d'un cameraman mort en 2015 dans un accident d'hélicoptères lors d'un tournage en Argentine, selon la décision dont l'AFP a obtenu copie mercredi. La mère, l'épouse et les deux enfants du caméraman Laurent Sbasnik, mort à l'âge de 40 ans dans la collision, avaient saisi le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) des Hauts-de-Seine, réclamant d'importants dommages et intérêts à son employeur, la société de production SAS Adventure Line Productions (ALP).
 
120.000 euros de dommages et intérêts. Dans sa décision datée du 20 avril, la toute première rendue par la justice dans cette affaire, le TASS estime "que l'accident du travail dont a été victime Laurent Sbasnik le 9 mars 2015 est dû à une faute inexcusable de la SAS Adventure Line Productions". Il l'a condamnée en conséquence à verser à la famille des dommages et intérêts d'un montant total de 120.000 euros et à rembourser à la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) des Hauts-de-Seine près de 400.000 euros de majorations de rente. A l'audience du 27 novembre 2017, la société s'était défendue de toute faute.
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article