Art Rock a Saint-Brieuc : Un élu costarmoricain critique la programmation d’Orelsan - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Art Rock a Saint-Brieuc : Un élu costarmoricain critique la programmation d’Orelsan

Le concert d’Orelsan, dimanche soir dans le cadre d’Art Rock a Saint-Brieuc, a fait grincer Thibaut Guignard, premier vice-président du Conseil départemental des Côtes-d’Armor, « fortement choqué par le contenu des textes vulgaires ».
 
« De l’avis de tous, la 35e édition du festival Art Rock a été un succès en matière d’organisation et de fréquentation. Seul bémol : le choix d’Orelsan, venu ternir la programmation du dimanche soir », assène sur sa page Facebook Thibaut Guignard, premier vice-président du Conseil départemental des Côtes-d’Armor.
 
Dans un long texte, l’élu se dit « fortement choqué par le contenu des textes vulgaires, qui réduisent la femme à un objet sexuel ». « Art Rock étant un festival populaire et familial, il y avait de nombreux adolescents dans le public… J’ai quitté le concert en me posant la question de savoir s’il était normal que de telles programmations interviennent dans un festival largement financé par l’argent public », s’indigne Thibaut Guignard. Ce dernier ne compte pas en rester là et propose dans la foulée la mise en place d’une « charte des valeurs, signée par les organisateurs et les représentants des collectivités, à l’occasion de l’attribution de subventions à ce type d’événement ».
 
Sur le réseau social, ce coup de gueule n’est pas passé inaperçu. Mais la plupart des internautes ne partagent pas l’indignation du premier vice-président du Conseil départemental.
 
« De tels propos dans la bouche d un élu républicain ne sont pas du meilleur augure. À une autre époque certains ont voulu interdire Baudelaire pour atteinte à la morale, démarche similaire à la vôtre », grince l’un d’eux. « J’étais dans la foule dimanche soir. Je connaissais à peine ce rappeur mais j’ai pris une claque sonore et visuelle. Je n’ai vu autour de moi que de la joie et des spectateurs en liesse ! », décrit un autre internaute.
 
Du côté des organisateurs du festival Art Rock, c’est un peu l’incompréhension. « On assume nos choix », répond d’emblée Carol Meyer, l’administratrice d’Art Rock. « Orelsan est un artiste reconnu par le public, pour preuve le succès de dimanche soir, et par la critique, en 2017, il a décroché trois prix aux Victoires de la musique. Il ne faut pas s’arrêter à une chanson, il faut savoir discerner le second degré », conseille-t-elle.
 
Au sujet de l’idée d’instaurer une « charte des valeurs », l’administratrice d’Art Rock est catégorique : « C’est non ! Ni les organisateurs ni les hommes politiques n’ont à se mêler de la liberté d’expression et de création des artistes. Le choix des artistes est un travail qui revient au festival. Il est réalisé par des professionnels. »
 
Surtout, la réaction de l’élu ressemble, pour beaucoup, à un « coup politique ». Basique ! En attendant, Orelsan a clairement fait un carton à Saint-Brieuc, devant près de « 11 500 festivaliers », selon les organisateurs. Simple !
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article