La ministre de la Culture accusée de ne pas avoir déclaré des travaux chez Actes Sud - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

La ministre de la Culture accusée de ne pas avoir déclaré des travaux chez Actes Sud

L’ancienne éditrice et son mari font l’objet de révélations dans le Canard enchaîné sur des travaux illégaux dans le siège de la maison d’édition que la ministre a dirigée.
 
Le ministère de la Culture n’est pas un ministère de tout repos, comme l’a découvert Françoise Nyssen depuis son intronisation rue de Valois. L’ancienne patronne de la maison d’édition Actes Sud y a aussi gagné une attention médiatique toute particulière. Le Canard enchaîné révèle ainsi dans son numéro à paraître mercredi que la ministre d’Edouard Philippe aurait pris quelques libertés avec la législation sur les travaux dans le siège parisien des éditions Actes Sud.
 
L’hebdomadaire explique ainsi que le siège de la maison d’édition (historiquement basée à Arles) est situé en plein cœur de Saint-Germain-des-Prés, rue Séguier (Paris VIe), au premier étage d’un immeuble historique. La gérance de la société civile immobilière possédant le siège était assurée par Françoise Nyssen jusqu’à son entrée au gouvernement en mai 2017.
 
En mars 2012, Françoise Nyssen et son mari, Jean-Paul Capitani, ont fait effectuer des travaux dans leur adresse du quartier des éditeurs de la capitale en ajoutant des mezzanines pour une surface supplémentaire de 150 m². Mais cet agrandissement de l’espace n’a pas été déclaré auprès de la Direction de l’urbanisme de la Mairie de Paris, selon l’hebdomadaire.
 
Autre oubli du couple, l’obtention de l’autorisation d’effectuer les travaux par l’architecte des Bâtiments de France et aussi celui de l’architecte en chef des monuments historiques pour cet immeuble cassé. Ironie de l’histoire, ces deux organismes publics sont aujourd’hui sous la responsabilité de la ministre de la Culture. Dernière omission, la déclaration de ces différents travaux auprès du Fisc, ce qui aurait permis également à la ministre et son mari d’économiser la coquette somme de 65 000 euros…
 
Contacté par Le Parisien ce mardi soir, le cabinet de la ministre ne leur a pas répondu.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article