L'appel à l'aide d'une maman en chanson - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

L'appel à l'aide d'une maman en chanson

L'appel à l'aide d'une maman en chanson
Ce matin, dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People, Jean-Marc Morandini recevait Lucie Michel. L'un de ses deux enfants, Malone, souffre d'autisme et d'épilepsie sévère. Cette maman qui se sent oubliée, a lancé un appel en musique à Emmanuel Macron dans un clip qui a bouleversé des milliers d'internautes.
 
"Je vis dans un monde parallèle, extrêmement difficile, comme beaucoup d'autres mamans. Je suis loin d'être la seule. Après vingt ans de musique, j'ai décidé de faire des actions musicales et d'utiliser ma musique pour faire passer des messages et sensibiliser les gens", explique-t-elle.
 
Et d'ajouter : "Pour mon enfant, comme pour des milliers d'autres, aujourd'hui, il n'y a pas de prise en charge adaptée en France. La France a énormément de retard. Les plans d'aides, c'est très bien mais ce n'est pas suffisant. Il faut que le gouvernement, les associations et les parents travaillent ensemble pour trouver des solutions. Si on met les uns et les autres de côté, on n'arrivera pas à trouver les bonnes solutions. On n'écoute pas les parents. Ce sont les parents qui se débrouillent pour créer des écoles à leurs enfants".
 
Aujourd'hui, Lucie Michel a son fils avec elle 24h/24. "Il n'y a que quatre jours par mois où il va chez son père. Je ne veux pas mettre mon enfant dans une structure parce qu'il n'y a pas de place, parce que les inscriptions sont refusées. La situation est grave, et je suis loin d'être la seule. Beaucoup de parents se battent", déclare Lucie Michel.
 
Avant de continuer : "Je ne vis pas, je survis. C'est un monde parallèle en fait.(...) C'est extrêmement difficile. 20.000 crises d’épilepsie sur mon enfant. Quand je vais voir mon médecin, il est démuni. Il n'a pas le budget pour faire de la recherche. (...) C'est très très difficile de s'occuper d'un enfant comme ça au quotidien. J'ai 4 jours par mois et la moitié des vacances où je les consacre à faire de la musique".
 
"Je veux que l'on respecte les droits et les lois qui existent. Mon fils a des droits. (...) On ne vous donne pas le chiffre du nombre de parents qui se suicident face au handicap. Les gens sont dans un désespoir pas possible. Personne ne les écoute, personne ne fait rien", conclut Lucie Michel.
 
Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article