Sondage BFMTV : Pour 7 Français sur 10, Macron a eu raison de faire son mea culpa - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Sondage BFMTV : Pour 7 Français sur 10, Macron a eu raison de faire son mea culpa

En parallèle, 65% des personnes interrogées par Elabe, dans le sondage "L'opinion en direct" que BFMTV publie ce mercredi, remettent en cause la sincérité de ce mea culpa. Emmanuel Macron a pris la parole devant les Français mardi soir pour faire acte de contrition après le remaniement, lors d'une séquence enregistrée depuis l'Elysée.
 
Lors d'une mise en scène inédite depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron a pris la parole mardi soir à 20h à la télévision. Un discours d'une dizaine de minutes enregistré depuis l'Elysée, lors duquel le chef de l'Etat a dit "entendre les critiques" à son égard, sans vouloir pour autant changer de ligne politique. "Parfois, par ma détermination ou mon parler-vrai, j'ai pu déranger ou choquer certains", a commencé le président, qui a enchaîné ces derniers mois de nombreuses polémiques. D'après un sondage Elabe "L'opinion en direct" pour BFMTV publié ce mercredi, cette mise au point était attendue des Français.
 
70% des personnes interrogées estiment en effet qu'il a eu raison de faire son mea culpa. En revanche, 65% remettent en cause la sincérité de sa démarche, notamment parmi ses opposants: 83% des électeurs de Marine Le Pen et 72% de ceux de Jean-Luc Mélenchon estiment qu’il n’a pas été sincère. 63% des électeurs de François Fillon doutent également. Chez les électeurs de premier tour d’Emmanuel Macron, 66% croient à l'inverse en sa sincérité.
 
Dans le détail, interrogés sur cette séquence, près de 6 Français sur 10 (58%) estiment aussi que le président a tort de ne pas changer de cap. Il obtient toujours l’approbation de 71% de ses électeurs de premier tour, contre 29% qui estiment qu’il a tort. 73% des interrogés considèrent également que ni Emmanuel Macron ni Edouard Philippe ne ressortent renforcés aux yeux de l'opinion publique après cette séquence.
 
Dans le cadre de cette étude, il a aussi été question du remaniement ministériel annoncé mardi matin. Il en ressort que seuls 4 Français sur 10 sont satisfaits de ce nouveau gouvernement. Seuls 43% des sondés se déclarent satisfaits, et ce chiffre est à mettre en perspective avec le taux de satisfaction engrangé par le premier gouvernement, au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron (61%°) et le taux de satisfaction du deuxième gouvernement d'Edouard Philippe, après les législatives (59%). Dans un contexte de défiance élevée envers le chef de l'Etat, le troisième gouvernement n'a donc pas la bienveillance qui avait été accordée à la première équipe ministérielle.
 
Dans le détail, 72% des électeurs d'Emmanuel Macron en sont satisfaits, alors qu'ils ne sont que 42% chez ceux de François Fillon (soit 31 points de moins qu'en juin 2017), 33% chez ceux de Jean-Luc Mélenchon, et 24% chez ceux qui ont voté pour Marine Le Pen. En revanche, le principe d'un binôme au ministère de l'Intérieur, formé par Christophe Castaner et Laurent Nuñez, remporte l'approbation de près de 6 Français sur 10 (57%).
 
Par ailleurs, une majorité de Français jugent que ce gouvernement ne sera pas efficace pour répondre aux problèmes du pays (69%). Alors que plus de 50% des Français estimaient que les gouvernements constitués au début du quinquennat seraient efficaces pour répondre aux problèmes du pays, ce taux n’est plus que de 30% aujourd’hui. Enfin, à l'issue de cette séquence marquée par le remaniement, plus de 7 Français sur 10 jugent que l'exécutif ne sera pas plus à l'écoute (72%), ni plus rassembleur (72%), ni plus proche des territoires et des collectivités locales (71%), alors même qu'un ministère des Territoires a été créé. Pour 76% des sondés, l'exécutif ne mènera pas non plus une politique plus sociale.
 
Sondage Elabe pour BFMTV réalisé sur Internet les 16 et 17 octobre 2018 sur un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L'enquête a débuté après l'annonce du remaniement et l'intervention télévisée du chef de l'Etat.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article