Le JT du week end 20h de TF1 du 2 décembre - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le JT du week end 20h de TF1 du 2 décembre

Le JT du week end 20h de TF1 du 2 décembre

Chaque soir, je vous proposerai certains reportages du JT du week-end 20h de TF1 présenté par Anne-Claire Coudray.

Au programme du journal du 2 décembre.

Violences à Paris : Les habitants sidérés par l'ampleur des dégâts

Le centre de Paris a été marqué par un déchaînement de haine, samedi. Ce dimanche, le quartier de la place de l'Étoile a fait l'inventaire des dégâts. De l'avenue Foch à l'avenue Kléber, en passant par la rue de Rivoli, commerçants et riverains démeurent encore sidérés au lendemain des scènes de violences urbaines.

Violences à Paris : L'Arc de Triomphe est resté fermé

L'Arc de Triomphe a été victime de dégradations samedi 1er décembre lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris. L'intérieur du monument a été saccagé. Les dégâts matériels sont considérables. Ils se chiffrent à des centaines de milliers d'euros. Le bâtiment ne devrait pas rouvrir tout de suite. 

Emmanuel Macron : Comment arrêter le spiral de la violence ?

Après les violences du 1er décembre, beaucoup ont attendu une réponse politique de la part d'Emmanuel Macron. Le chef de l'État a pourtant gardé le silence. Il s'est rendu à Paris afin de constater les dégâts des violences de samedi. Il a aussi demandé Édouard Philippe de recevoir les chefs de groupes politiques et de partis, ainsi que des représentants de "gilets jaunes". 

Gilets jaunes : Pourquoi Emmanuel Macron reste-t-il silencieux ?

Emmanuel Macron est allé constater les dégâts ce dimanche à Paris au lendemain des graves violences survenues dans la capitale. Mais il a choisi de ne pas s'exprimer sur la crise des "gilets jaunes". Pourquoi le chef de l'État reste-t-il silencieux ? Décryptage en plateau avec Christophe Jakubyszyn, éditorialiste politique de TF1.

Gilets jaunes : Les policiers à bout

Les forces de l'ordre ont été la cible de violences inédites lors de la manifestation des 3gilets jaunes3 samedi 1er décembre à Paris. Malgré un dispositif exceptionnel, elles ont perdu le contrôle de la situation. L'exécutif devra entendre la lassitude des policiers. Certains s'avouent écœurés et à bout de forces. D'autres demandent le renfort de l'armée en cas de nouvelle manifestation. 

Violences à Paris : 412 personnes interpellées et 378 en garde à vue

La capitale a été le théâtre d'affrontements entre casseurs et forces de l'ordre, samedi 1er décembre 2018. Selon la préfecture de police de Paris, 412 personnes ont été interpellées. 378 individus étaient placés en garde à vue. Leurs profils sont très divers. La ministre de la Justice Nicole Belloubet réclame une réponse pénale. 

Ces gilets jaunes en garde à vue

Au cours du samedi 1er décembre, des manifestants ont été interpellés à Paris par les forces de l'ordre. D'après notre expert, on dénombre parmi eux 11 femmes, 33 mineurs et plus de 300 hommes d'une trentaine d'années. Aucun membre de l'ultra-gauche ou de l'ultra-droite n'a été identifié parmi ces "gilets jaunes" en garde à vue. 

Manifestation à Paris : Des cibles n'ont pas été choisies au hasard

Pendant les manifestations de samedi, les casseurs se sont pris à des cibles bien particulières. Ils ont visé des sites symbolisant la fortune et l'autorité. Ces individus ont détruit des voitures haut de gamme, brûlé des boutiques de luxe et vandalisé des distributeurs de billets de banque ou encore l'édifice de la bourse. 

Les sapeurs-pompiers : Un courage sans faille

Incendies de véhicules, de barricades ou mobiliers urbains... Au total, les pompiers de Paris ont procédé à 249 interventions samedi 1er décembre 2018. Une maîtrise saluée par le préfet de police Michel Delpuech. Mais, pendant leur mission, les hommes de feu ont été pris pour cible. Des individus leur ont lancé des projectiles. 

Gilets jaunes : De nombreuses dégradations en région

La radicalisation s'est très nettement constatée en région et c'est une première depuis trois semaines. La violence s'est exprimée dans des petites villes comme le Puy-en-Velay où la Préfecture a été incendiée. À Marseille, des barricades ont brûlé sur le Vieux-Port. À Narbonne sud, une voiture en flamme a été jetée sur un péage dans la nuit du samedi 1er décembre. 

Marseille : Des gilets jaunes déterminés à poursuivre le mouvement

Marseille fait partie des villes touchées par les violences des casseurs au cours de la journée du samedi 1er décembre. Malgré ces événements, les "gilets jaunes" de la commune projettent de poursuivre la mobilisation. Un appel à l'"acte 4" du mouvement a été lancé. Plus de détails avec notre journaliste Pauline Lefrançois.

Quels représentants pour les gilets jaunes ?

Selon les autorités, les gilets jaunes étaient 130 000 à manifester samedi et 15 000 ce dimanche 2 décembre 2018. Une majorité de manifestants ont déploré les débordements qui ont brouillé leur message. Ils se posent aussi la question de leur représentation au niveau national. Édouard Philippe va renouveler son invitation à Matignon, mais la désignation de délégués semble toujours aussi difficile. 

Taxes et impôts : Que faut-il savoir ?

La proposition d'états généraux de la fiscalité a montré combien l'impôt est au cœur de la colère des gilets jaunes. Des chiffres sortis récemment indiquent que l'État prélève 48,4 % de la richesse nationale, alors que la moyenne européenne est à 40,2 %. Un record qui s'explique par notre protection sociale qui est plus développée qu'ailleurs. Mais, qu'en est-il réellement ? 

Gilets jaunes : Quelles sont les solutions proposées par l'opposition ?

Devant la mobilisation des gilets jaunes, l'opposition propose des mesures politiques. Laurent Wauquiez demande un référendum sur la fiscalité écologique. La France insoumise, elle, appelle à la dissolution de l'Assemblée nationale. Et Marine Le Pen appelle à un retour aux urnes. 

Violences à Paris : La population abasourdie

Bon nombre de personnes se reconnaissent dans les revendications des gilets jaunes. Parmi ceux que nos journalistes ont pu interroger, beaucoup sont toutefois choqués par la forme que vient de prendre la contestation. La plupart d'entre eux disent que le dialogue pourrait être une solution à la crise qui frappe l'Hexagone. 

Ces personnes qui ne se reconnaissent pas dans les gilets jaunes

Après la manifestation des gilets jaunes le 1er décembre 2018, certains Parisiens se montrent sévères à l’égard du mouvement. Ils condamnent les débordements et les actions menées depuis deux semaines. Face à ces paroles, les spécialistes de l’opinion tentent de mesurer l’ampleur. Les personnes qui sont contre le mouvement organisent depuis plusieurs jours la riposte sur les réseaux sociaux.

Les violences du 1er décembre à Paris, vues de l'étranger

Quand l'avenue la plus connue du monde et l'Arc de Triomphe sont les théâtres d'affrontements, la couverture médiatique dépasse les frontières françaises. Et cette fois, les commentateurs n'ont pas lésiné sur les formules : "Zone de guerre", "Paris qui brûle", "K.O". Les images de voitures incendiées et de manifestants en cagoule sont à la Une des médias internationaux. 

Gilets jaunes : Retour sur un samedi noir

L'"acte 3" des "gilets jaunes" à Paris a été marqué par d'importantes scènes de violences. Pour faire face aux manifestants, 5 000 policiers ont été mobilisés. Mais sous la pression de la foule, ils ont dû reculer. Plusieurs arrondissements de la capitale ont été livrés au chaos. Au total, 110 personnes ont été blessées dont une vingtaine parmi les forces de l'ordre. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article