Agnès Varda, "une façon de regarder qui éclaire les choses et les rend plus belles qu'elles ne sont" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Agnès Varda, "une façon de regarder qui éclaire les choses et les rend plus belles qu'elles ne sont"

La réalisatrice Agnès Varda est décédée chez elle dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 mars 2019. Pionnière de la Nouvelle Vague, elle avait commencé comme photographe du TNP en 1949. Laure Adler l'avait rencontrée fin janvier.
 
Pour ouvrir une semaine consacrée aux femmes, Laure Adler avait rencontré Agnès Varda chez elle à Paris. C’était quelques jours avant la présentation de son nouveau documentaire « Varda par Agnès » à la Berlinale.
 
Agnès Varda se livre différemment aujourd’hui. C’est un moment particulier dans sa carrière de cinéaste et dans sa vie de femme.
 
La conversation est intime, légère, complice. L’occasion pour elle de nous parler de tendresse, d’enfance, de souvenirs. Il y est un peu question de cinéma, mais surtout de la vie, de tout, de rien, et de tellement de choses…
 
Agnès Varda se confie. L’essentiel de ce qui anime sa vie désormais sont des projets à réaliser en dehors de toute question de cinéma.
 
"Je suis tellement plus heureuse depuis que je ne fais pas que du cinéma… J’ai eu tellement de bonheur à faire aussi une œuvre avec des patates : ‘’Patate Utopia », j’ai adoré ça !"
 
Agnès Varda, rêveuse, enjouée, originale, parfois espiègle, mamie « rigolote » qu’on aimerait tous avoir près de soi pour être réconforté, reste l’une de nos plus grandes femmes cinéastes. L’une des figures de la Nouvelle Vague.
 
De son premier long-métrage La Pointe courte en 1955 à son nouveau documentaire Agnès par Varda, c’est plus de soixante ans de cinéma, d’écriture, de réalisation d’images, de fictions et de documentaires, de créations et d’installations…
 
Faire et imaginer sont les moteurs de sa vie. Ses films sont étudiés dans les écoles de cinéma du monde entier et sont également connu du grand public. Et, la plupart ont été récompensés de prix internationaux.
 
"Je trouve que je n’ai pas beaucoup d’imagination. C’est juste une façon de regarder qui éclaire les choses et les rend plus belles qu’elles ne sont. J’ai plutôt un regard curieux, un peu amusé, facilement ému aussi…"
 
Son nouveau documentaire a été visible sur Arte le 18 mars, et au Forum des images dans le cadre du Cinéma du Réel.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article