Christine Angot porte plainte après des tags antisémites et des menaces de mort - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Christine Angot porte plainte après des tags antisémites et des menaces de mort

Christine Angot porte plainte après des tags antisémites et des menaces de mort
Des menaces de mort et des insultes à caractère racial avaient été découvertes à Vannes, quelques jours avant la venue de la romancière dans le cadre d’un festival.
 
Une plainte pour « injures à caractère racial et menaces aggravées » a été déposée lundi devant le tribunal de grande instance de Vannes (Morbihan) par l’avocat de Christine Angot, écrivaine et chroniqueuse de l’émission « On n’est pas couché » sur France 2. Elle fait suite à la découverte dans cette ville de plusieurs tags antisémites et menaces de mort visant la romancière, a indiqué son conseil Richard Malka.
 
Les tags avaient été découverts mercredi sur un mur et dans un tunnel conduisant au Palais des arts de Vannes où la romancière devait se produire dans le cadre du festival Les Émancipées.
 
Deux premières plaintes avaient été déposées le jour même par l’Établissement public de coopération culturelle (EPCC) Scènes du Golfe, qui gère le Palais des arts de Vannes, et par le maire de la ville, David Robo.
 
« La haine n’a jamais eu sa place à Vannes et ne l’aura jamais », avait affirmé l’élu dans un communiqué publié dans Le Télégramme. Et de poursuivre : «La culture, socle de l’ouverture aux autres et de tolérance ne doit pas être l’otage de messages nauséabonds !»
 
Comme prévu, la romancière a participé au festival samedi soir en faisant la lecture de son dernier roman, «Un tournant de la vie», histoire d’un trio amoureux qui interroge sur les mensonges et les illusions, sur l’abus de l’autre et la fidélité.
 
Interrogée par Libération, l’auteure de «L’Inceste» avait expliqué qu’elle ne souhaitait pas s’exprimer sur son cas personnel, préférant mettre en avant cette «violence par les mots» qui concerne la société tout entière.
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article