Très ému, le journaliste François de Closets révèle ne pas vouloir être réanimé dans le cas où il serait hospitalisé : "C'est ma liberté de choisir" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Très ému, le journaliste François de Closets révèle ne pas vouloir être réanimé dans le cas où il serait hospitalisé : "C'est ma liberté de choisir"

Très ému, le journaliste François de Closets révèle ne pas vouloir être réanimé dans le cas où il serait hospitalisé : "C'est ma liberté de choisir"

Ce matin, François de Closets était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. En pleine affaire Vincent Lambert, le journaliste a évoqué ses directives sur sa fin de vie. "Je n'ai pas du tout peur de la mort", explique-t-il avant d'indiquer qu'il y a quelques mois, il a eu un accident "qui aurait pu être grave" qui l'a obligé à se retrouver aux urgences.

"Je ne cessais de dire à mon épouse et à ma fille qui étaient avec moi : 'n'oubliez pas de montrer la lettre aux médecins. Aucun médecin ne doit s'approcher de moi sans avoir lu cette lettre", continue-t-il avant de sortir son portefeuille et de dévoiler la lettre en question. "Ça fait 10 ans que j'ai sur moi cette lettre qui dit au médecin qu'il n'a pas le droit de me réanimer", ajoute François de Closets.

"C'est mon choix. J'ai fait cette lettre pour ne pas laisser ma fille ou ma femme choisir. C'est scandaleux de laisser à la charge de ses proches la responsabilité de dire "non, ne faites pas ça", "oui, faites ça". Bien sûr qu'on doit assumer sa responsabilité. Je ne veux pas qu'un médecin décide pour moi. Je ne veux pas que mes proches décident pour moi. Je suis assez grand pour décider", indique le journaliste.

Pour ma part je suis comme lui, et je pense faire la même chose.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article