Vous adorez les sushis ? Attention au ténia, ce ver qui peut se développer dans vos intestins - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Vous adorez les sushis ? Attention au ténia, ce ver qui peut se développer dans vos intestins

Le CHU de Rennes s'inquiète de la recrudescence des cas de ténia du poisson. En deux ans, l'hôpital a reçu sept patients infectés par ce ver qui peut mesurer jusqu'à 20 mètres de long. LCI vous en dit plus sur ce parasite qui apprécie vraisemblablement les sushis.
 
Cela faisait 20 ans qu’aucun cas n’avait été déclaré en France. Face à une soudaine recrudescence du ténia du poisson, le CHU de Rennes a jugé bon de sonner l’alarme. En deux ans, l’hôpital a traité sept patients atteints de ce parasite qui peut mesurer jusqu’à vingt mètres de long et vivre jusqu’à 10 ans dans les intestins.
 
"Les patients sont venus en consultation parce qu'ils avaient des troubles digestifs, ballonnements ou diarrhées. Certains sont même arrivés avec des morceaux de vers qu'ils avaient retrouvés dans leur selles", explique à France Bleu le professeur Florence Robert-Gangneux, du service de parasitologie au CHU de Rennes. Ce ténia, aussi appelé ver solitaire est-il dangereux ? Comment s'attrape-t-il ? LCI vous répond.
 
Les larves de ténia se développent lorsque celui-ci est cru ou mariné et qu'il est mal conservé. Comme le préconise la législation, le poisson doit être placé à -20°C pendant au moins 24 heures ou à -35°C pendant au moins 15 heures avant d'être consommé. Une précaution qui semble ne pas être appliquée dans tous les restaurants servant du poisson cru, puisque les patients du CHU de Rennes ont affirmé manger régulièrement dans des restaurants japonais et consommer des sushis. Les morceaux de ténia extraits de leurs intestins, analysés par les médecins, appartenaient d'ailleurs tous à une espèce du Pacifique Nord (Japon et nord-est de la Russie), précise Le Parisien.
 
Bien que particulièrement répugnant, le bothriocéphale, de son nom scientifique, ne représente pas réellement de danger pour la personne infectée, à tel point que certains patients ne s'aperçoivent de rien. Accroché à la paroi intestinale, celui qui se fait aussi appeler ver solitaire provoque dans le pire des cas des nausées, des diarrhées et de la fatigue. Captant certains types de vitamines, comme la B12, le parasite peut aussi provoquer des carences, indique sur son site le laboratoire MSD. Ici, "six patients sur sept en avaient retrouvé des morceaux dans leurs selles", précise Florence Robert-Gangneux au Parisien.
 
Pour se défaire de ce parasite, il n'y a d'autre choix que de se rendre chez un médecin ou à l'hôpital, où un diagnostic peut être réalisé grâce à l'analyse des selles. Si l'infection au ténia est confirmée, un vermifuge permettra de tuer le ver, qui sera éliminé avec les selles.

On ne peut plus rien manger, on nous fait peur alors que c'est un cas unique qui a lieu à Rennes.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article