Le Fil Actu - Le flot de révélations sur le couple François de Rugy ne s'arrête pas ce soir : Un appart social pour lui, un chauffeur pour ses enfants, un sèche-cheveux doré à la feuille d'or pour elle.... - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - Le flot de révélations sur le couple François de Rugy ne s'arrête pas ce soir : Un appart social pour lui, un chauffeur pour ses enfants, un sèche-cheveux doré à la feuille d'or pour elle....

Le Fil Actu - Le flot de révélations sur le couple François de Rugy ne s'arrête pas ce soir : Un appart social pour lui, un chauffeur pour ses enfants, un sèche-cheveux doré à la feuille d'or pour elle....

22h10: Médiapart n'est plus le seul média à faire des révélations sur François de Rugy. Ce soir, le Parisien en rajoute une couche en affirmant que à l'Hôtel de Lassay, un grand bureau a été réaménagé pour pouvoir accueillir les enfants du couple Rugy.

De plus, un troisième chauffeur, contre deux habituellement, a également été mis au service du couple, pour conduire le fils de Séverine Servat à l'école et pour mener François de Rugy à Nantes.

Sa femme journaliste aurait, par ailleurs, acquis, sur l'argent de l'Assemblée, un sèche-cheveux, doré à la feuille d'or, pour la somme de 499 euros, « laissé à l'Assemblée nationale » lorsque le couple a quitté le Palais Bourbon, a précisé le ministre, jeudi.

Dans le même temps, toujours ce soir, sur son compte Facebook, François de Rugy répond aux nouvelles accusations dont il fait l'objet ce soir. Mediapart affirme qu'il loue près de Nantes un appartement à "loyer social préférentiel". Pour appuyer sa réponse, il publie également les échanges de mails avec l'agence immobilière, ainsi que son bail et les réponses qu'il souhaite apporter à Médiapart.

Il écrit sur le réseau social :

"Je fais l’objet ce soir d’une nouvelle attaque de Mediapart, cette fois-ci sur l’appartement que je loue à Orvault, près de Nantes, depuis trois ans, où j’accueille mes enfants lorsque j’en ai la garde le week-end : un deux pièces de 48 mètres carré, loué au prix de 622€ par mois (appartement et parking), un montant conforme aux prix du marché. J'ai loué cet appartement à la suite d’une séparation intervenue en juillet 2016.

Mediapart affirme qu’il s’agit d’un « logement à loyer social préférentiel », en s’appuyant sur certains témoignages. Cette information, si elle est avérée, je n’en n’ai moi-même JAMAIS eu connaissance. Je le prouve, une nouvelle fois dans la plus grande transparence, en publiant ici l’ensemble de mes échanges d’emails avec l’agence immobilière ainsi que mon bail locatif, dans lesquels il n’est JAMAIS fait mention d’un quelconque « loyer social préférentiel ».

Face à ces accusations graves et sérieuses, je me défends à nouveau et continuerai à le faire."

 

19h32: Richard Ferrand, président de l'Assemblée Nationale, indique qu'il "a été saisi par François de Rugy qui souhaite soumettre aux autorités de contrôle compétentes les frais mis en cause lorsqu’il présidait l’Assemblée nationale".

Et d'ajouter qu'il a "missionné le Secrétaire général de l’Assemblée et de la Présidence pour examiner et vérifier cette situation". François de Rugy sera donc invité "à s’expliquer dans le cadre de cette démarche dans les prochains jours". 

"Le Secrétaire général de l’Assemblée et de la Présidence pourra à tout moment solliciter le concours de la Déontologue de l’Assemblée nationale", peut-on lire également. 

18h29: Premières annonces après la rencontre entre François de Rugy et Edouard Philippe :

Edouard Philippe, le Premier ministre rappelle que "tout responsable public est astreint à la double exigence de transparence et d’exemplarité".

Le Premier Ministre et Edouard Philippe ont convenus "ensemble de la nécessité de répondre à toutes les questions que se posent légitimement les Français", indique Matignon.

Concernant les travaux dans le logement de fonction affecté au Ministre de la transition écologique et solidaire, le Premier ministre a demandé au Secrétariat Général du Gouvernement de diligenter dès demain une inspection qui permettra de vérifier le respect des règles en vigueur et du principe d’exemplarité qui s’imposent à tous les ministres. Concernant les frais de réception à l’hôtel de Lassay, le gouvernement ne peut s’immiscer dans l’organisation du pouvoir législatif.

Matignon indique que François de Rugy souhaite cependant soumettre les frais de réception contestés aux autorités de contrôle de l’Assemblée Nationale que désignera la Présidence de l’Assemblée Nationale.

François de Rugy a conscience de l’émotion légitime de nos concitoyens face à la polémique et ne veut laisser perdurer aucun doute. Si la moindre ambiguïté persistait à la suite du travail de vérification, il s’engage à rembourser chaque euro contesté.

18h22: François de Rugy vient de quitter Matignon en voiture sans faire de déclaration dans l'immédiat.

16h36: François de Rugy est arrivé à Matignon vers 16h30 après avoir écourté une visite dans les Deux-Sèvres pour retourner en urgence à Paris

15h55: François de Rugy a dû écourter une visite ministérielle pour rejoindre Paris en urgence. Il est convoqué à 16 h à Matignon, à la demande du Premier ministre, selon une information de Ouest-France. François de Rugy, qui était dans les Deux-Sèvres pour un déplacement sur la question des ressources en eau, a quitté Niort après un déjeuner à la préfecture pour rentrer à Paris, sans effectuer les deux visites de sites qui étaient prévues à son agenda dans l’après-midi.

14h52: Le ministre de la Transition écologique François de Rugy écourte une visite dans les Deux-Sèvres pour retourner en urgence à Paris, annonce la préfecture à France Info.

François de Rugy était dans les Deux-Sèvres pour un déplacement sur la question des ressources en eau. Il a quitté Niort après un déjeuner à la préfecture pour rentrer à Paris, sans effectuer les deux visites de sites qui étaient prévues à son agenda dans l'après-midi.

14h48: En déplacement dans les Deux-Sèvres, à Niort, sur le thème de la gestion de l'eau, François Rugy réaffirme qu'il ne démissionnera pas : « Je comprends que les Français puissent être un peu choqués par certaines images », a-t-il dit. « Pour ma part, a-t-il affirmé, j'ai répondu à toutes les questions qui m'ont été posées. Je suis pour la transparence depuis toujours, je la pratique depuis toujours. […] Je ne m'arrêterai pas, ni dans la transparence que je pratique. […] De la même façon que je continuerai mon travail pour l'Écologie à la tête de ce ministère ».

13h11: Le ministre répond aux nouvelles révélations de Médiapart sur les travaux (Voir ci-dessous) et détaille des travaux de peinture, de rénovation des sols, de menuiserie visant à installer des rangements, la rénovation d'une salle de bains et d'une salle de douche, le tout pour un peu plus de 63.000 €.

« Les derniers travaux de rénovation […] avaient été réalisés il y a 16 ans et les travaux réalisés fin 2018 ne portaient aucunement sur des éléments ayant d'ores et déjà été rénovés il y a 16 ans mais sur des pièces plus anciennes », écrit-il, joignant les mails démontrant selon lui que le déclenchement est venu des « services en charge de la gestion du parc immobilier du ministère », qui auraient jugé certaines pièces de l'appartement souffrant de « vétusté ».

Il publie également plusieurs documents sur sa page Facebook.

13h11: Le ministre répond aux nouvelles révélations de Médiapart sur les travaux (Voir ci-dessous) et détaille des travaux de peinture, de rénovation des sols, de menuiserie visant à installer des rangements, la rénovation d'une salle de bains et d'une salle de douche, le tout pour un peu plus de 63.000 €.

« Les derniers travaux de rénovation […] avaient été réalisés il y a 16 ans et les travaux réalisés fin 2018 ne portaient aucunement sur des éléments ayant d'ores et déjà été rénovés il y a 16 ans mais sur des pièces plus anciennes », écrit-il, joignant les mails démontrant selon lui que le déclenchement est venu des « services en charge de la gestion du parc immobilier du ministère », qui auraient jugé certaines pièces de l'appartement souffrant de « vétusté ».

Il publie également plusieurs documents sur sa page Facebook.

11h54: Après les somptueux dîners organisés alors qu'il était à la tête de l'Assemblée nationale, le ministre de la Transition écologique et solidaire est de nouveau épinglé par Mediapart. Cette fois, ce sont des travaux qu'il a fait réaliser entre fin 2018 et début 2019 avec sa femme dans leur appartement du ministère qui interpellent. En tout, plus de 63.000 euros ont été dépensés aux frais du contribuable pour faire refaire la peinture, les moquettes et les parquets, les salles de bains et faire installer un dressing géant.

« L'appartement était nickel et surdimensionné, mais triste », souligne-t-on dans l'entourage de Nicolas Hulot, prédécesseur de François de Rugy au ministère. « Ils m'ont dit que monsieur le ministre voulait un peu changer les décorations, repeindre l'appartement à neuf, changer les couleurs. Après monsieur Hulot, il avait envie de changer les peintures à son goût, ce que je peux comprendre », renchérit Jean-Louis Bertrand, le patron d'une entreprise contactée pour un devis mais recalée. Des photos publiées par Mediapart permettent de se rendre compte que les peintures ne sont pas dans un état si catastrophique que celui décrit par le cabinet ministériel.

En plus de dépenser 35 390 euros pour ces travaux de peinture, le couple a fait réaliser un dressing pour 16 996 euros. Concernant ces derniers travaux, Sévérine Servat, la femme de François de Rugy, a tenté de se justifier auprès de Mediapart : « Je ne sais pas quoi vous répondre. Quand vous arrivez dans un endroit… Rien n'est privé. Ce n'est pas vraiment un dressing, ce sont des placards. Et quand on est arrivé, il n'y en avait pas ! » a-t-elle assuré.

Mediapart explique aussi que François de Rugy et sa femme n'ont pas choisi les artisans ayant présenté les devis les moins élevés dans trois cas sur quatre. « Ces prestataires ne présentaient pas les références et garanties nécessaires pour réaliser des travaux de rénovation dans des bâtiments anciens », se justifie le cabinet ministériel, assurant que « des marchés publics ont été passés et qui présentaient toutes les garanties et références nécessaires ».

08h58: Aurore Bergé, porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale, déclare sur France Info : "[François de Rugy] a transmis la liste des invités de ces fameux dîners, la déontologue de l'Assemblée va pouvoir regarder et vérifier si ce sont des invités légitimes pour le président de l'Assemblée ou si ce sont des amis privés (...). Si ce sont des amis privés, là il y aura un problème et la nécessité que ce soit des frais qui soient remboursés".

08h57 : Sur France 2, Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche, déclare : "Dès lors qu'il y a une polémique et on voit bien qu'il y a une polémique, je crois qu'il faut de la transparence et la bonne manière de faire, c'est avec la déontologue de l'Assemblée nationale.". Il estime ainsi que la déontologue de l'Assemblée nationale devait être saisie après les révélations de Mediapart.

08h55: "Il y a des règles, un déontologue (...). Le ministre devra rembourser si ce sont des dépenses personnelles." , s'agace le député LREM Sylvain Maillard sur France Info. Certains élus envisagent de convoquer le ministre devant le bureau de l'Assemblée ou devant la conférence des présidents

08h26: Nicole Klein annonce à Ouest-France son départ « à la demande du ministre », précisant que ce n’était pas son souhait. « C’est François de Rugy qui souhaite expressément que je parte » a-t-elle affirmé.

8h00: François de Rugy va-t-il devenir le héros involontaire de la polémique politique de l'été ? Après la polémique liée aux dépenses personnelles de François de Rugy à l’Assemblée nationale sur les fonds publics, le ministre de la transition écologique voit sa proche collaboratrice, la préfète Nicole Klein, touchée à son tour par des révélations de Mediapart.

La haut fonctionnaire, qui dirige le cabinet de François de Rugy depuis octobre 2018, est locataire d’un logement social à Paris depuis 2001, affirme le site d’informations.

«Entre 2006 et 2018, elle a continué à profiter de ce bien, alors qu’elle travaillait hors de la capitale, privant ainsi d’une possibilité de logement l’un des quelque 200.000 demandeurs de logements sociaux à Paris, qui patientent de très nombreuses années avant d’obtenir un appartement », relève Mediapart.

La haut fonctionnaire, passée par le cabinet de Michel Rocard et par la Banque mondiale, venait d’être nommée adjointe au directeur général de l’urbanisme au ministère de l’équipement lorsqu’elle est arrivée, en 2001, dans cet appartement social d’une résidence du quartier de la porte de Vanves, dans le 14e arrondissement de Paris.

Elle a assuré à Mediapart que sa situation est « légale », tout en annonçant sa volonté de trouver prochainement un nouveau lieu d’hébergement. Elle ne l’a pas fait avant, a-t-elle expliqué, par « manque de temps ». « Vous devez connaître mon agenda, je n’ai pas beaucoup de temps. »

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article