"25 nuances de doc : Tu seras suédoise ma fille " dans la nuit du mardi 08 au mercredi 09 octobre à 00h50 sur France 2 - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

"25 nuances de doc : Tu seras suédoise ma fille " dans la nuit du mardi 08 au mercredi 09 octobre à 00h50 sur France 2

"25 nuances de doc : Tu seras suédoise ma fille " dans la nuit du mardi 08 au mercredi 09 octobre à 00h50 sur France 2

Le magazine "25 nuances de doc : Tu seras suédoise ma fille " sera proposé dans la nuit du mardi 08 au mercredi 09 octobre à 00h50 sur France 2.

Été 2017, en Suède, Jihane et Ahmad s’adressent à leur fille cadette, Sally. En voix-off, deux récits racontent différemment un même exil ; celui d’une fuite pour ne pas mourir. De cette fuite et de la Syrie, Jihane ne veut rien transmettre à Sally, c’est en Suède que sa fille est née et c’est à travers ce pays qu’elle se construira. Ahmad, lui, n’est pas d’accord, il veut « tout raconter » ; leur vie en Syrie, les raisons qui les ont poussés à fuir avec leurs enfants, et leur exode.

La journaliste documentariste Claire Billet et le photographe Olivier Jobard ont accompagné Jihane, Ahmad et leurs deux premiers enfants Maya et César pendant deux ans, depuis leur arrivée à l’été 2015 sur l’île grecque de Kos jusqu’à leur installation en Suède en 2017.

Leurs voix s’expriment tour à tour, liant les images de leur douloureux voyage à celles de leur processus d’intégration. Aux paroles laconiques de Jihane, les réalisateurs opposent la narration – et l’obsession – d’Ahmad. Il parle de la guerre avec d’autres réfugiés, regarde des vidéos du conflit syrien et promet à ses enfants qu’un jour il les emmènera à Yarmouk, là où ils vivaient dans la banlieue de Damas. Les séquences au centre d’hébergement suédois sont entrecoupées des archives personnelles ; des vidéos prises sur leur téléphone, seuls souvenirs de leur vie d’avant. « [Cette ville] était pleine de vie, c’était toute ma vie ». La voix d’Ahmad résonne sur des images du couple, en 2007, élégant et jovial lors d’une sortie au restaurant. Jihane, elle, regrette sa maison, son confort, mais refuse d’évoquer l’idée d’un retour en Syrie, ce pays devenu l’inconnu pour ses enfants. La volonté de tout raconter d’Ahmad et les non-dits de Jihane traduisent les traumatismes d’un exil forcé, d’un voyage chaotique, et d’une difficile intégration dans un pays qui n’est pas le leur.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article