Le Fil Actu - Incendie à Rouen : "Nous sommes à un état habituel de la qualité de l'air", affirme le préfet de Seine-Maritime - Plusieurs députés demandent l'ouverture d'une enquête parlementaire et administrative - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - Incendie à Rouen : "Nous sommes à un état habituel de la qualité de l'air", affirme le préfet de Seine-Maritime - Plusieurs députés demandent l'ouverture d'une enquête parlementaire et administrative

Le Fil Actu - Incendie à Rouen : "Nous sommes à un état habituel de la qualité de l'air", affirme le préfet de Seine-Maritime - Plusieurs députés demandent l'ouverture d'une enquête parlementaire et administrative

18h18: Plusieurs députés demandent l'ouverture d'une enquête parlementaire et administrative. C'est le cas de l'élu de la France insoumise Éric Coquerel sur BFM TV:

"Sur le suivi de ce site, il faut savoir qu’il y a eu plusieurs incidents, une fuite de gaz en 2013 ressentie jusqu’en Île-de-France et en Angleterre. En 2015, vous avez un déversement d’huiles minérales dans l’écoulement des eaux pluviales. En 2019, un feu dans la salle de filtration. Il y a eu un arrêté du préfet qui relevait 17 manquements. Il faudra détailler ce qui a été fait. C’est un lieu particulier, car au milieu d’une agglomération de presque 500.000 personnes".

Une demande d'enquête partagée par le député écologiste des Bouches-du-Rhône François-Michel Lambert, qui quant à lui s'estime "inquiet de la catastrophe que nous venons de vivre", sur BFMTV.

17h48: Le préfet de Seine-Maritime, Pierre-André Durand, a assuré, ce samedi après-midi, lors d'une conférence de presse que, selon les dernières analyses, la qualité de l'air dans la ville est à son "état habituel" : "Les résultats concernant les composés organiques volatiles sont inférieurs au seuil de quantification, c'est-à-dire une quantité trop faible pour être mesurée. Ce qui nous permet de conclure que nous sommes à un état habituel de la qualité de l'air à Rouen. Nous avons une situation normale telle qu'elle se présente en milieu urbain ici". Le préfet note qu'il y a une présence de benzène sur le site même de l'usine, qui "se comprend très bien compte tenu de l'activité et des manipulations diverses sur le site".

Les productions végétales qui auraient été exposées et récoltées, et de même que le lait ou le miel collectés sont consignés sous la responsabilité de l'exploitant jusqu'à l'obtention de garanties sanitaires. Le dispositif d'indemnisation des agriculteurs n'est pas encore établi. 112 communes sont potentiellement concernées dans le département de Seine-Maritime.

12h58: Charlotte Goujon, maire de Petit-Quevilly, dans la banlieue de Rouen, demande la remise en place de la cellule médico-psychologique pour les habitants de la commune.

12h04: Pour motiver cette plainte contre X, l'avocat se repose notamment sur l'article 222-19 du Code pénal : le fait de causer à autrui, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, une incapacité totale de travail pendant plus de trois mois est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

Un deuxième article du Code pénal prévoit que le fait de causer à autrui, par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, une incapacité totale de travail d'une durée inférieure ou égale à trois mois, est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.

11h38: Huit particuliers vont déposer plainte contre X avec constitution de partie civile, notamment pour "dommages corporels" et "manquement à l'obligation de sécurité" selon RTL.

"Il y a toujours cette odeur qui est assez persistante. Pour les personnes qui sont sensibles, cela peut provoquer des maux de tête. Quand vous vivez avec un nuage noir au-dessus de votre tête et que ça sent l’essence dans toute la ville, c'est une chape de plomb", explique l'avocat des plaignants, Me Jonas Addad, joint par RTL. Selon lui, "le code pénal prévoit des infractions très claires concernant ce qu'il s'est passé à Rouen". L'avocat détaille son objectif qui "n’est pas de critiquer le préfet mais simplement de pouvoir mettre en place les éléments nécessaires pour que ça puisse être reconnu dans leur statut de victime".

06h23: La ministre de la Santé s'est rendue à Rouen en compagnie de la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne, au lendemain de l'incendie de l'usine Lubrizol, à Rouen. "La ville est clairement polluée" par les suies, a déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn vendredi à Rouen, au lendemain de l'incendie de l'usine Lubrizol classée Seveso.

Vendredi de nombreux habitants de Rouen ont été incommodés par des odeurs très fortes, provoquant nausées et même vomissements, après l'incendie qui s'est déclaré dans l'usine jeudi matin. Certains portaient masques en papier en gants pour circuler dans les rues.

"Je comprends la population (...) les produits peuvent être irritants sur le moment", a expliqué la ministre.

"Ce sont des suies, comme une pollution, comme des galettes par exemple de goudron sur les plages", a déclaré Agnès Buzyn lors d'un point presse à Rouen. "Si on voit des galettes de goudron sur les plages, on demandera aux enfants de pas les toucher (...) Et bien c'est la même chose que nous demandons aux riverains aujourd'hui, c'est-à-dire de nettoyer ces suies, ces saletés, visuellement très repérables, à prendre des précautions notamment en mettant des gants", a ajouté la ministre qui s'exprimait aux côté de la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne.

"C'est une usine qui produit des hydrocarbures, même si elles ne sont pas en grandes quantités, même si elles sont très proches des seuils, ce n'est jamais bon pour la population de toucher ce genre de produits", a souligné Agnès Buzyn. "Je ne peux pas dire qu'il n'y pas de danger. il y a forcément des traces d'hydrocarbures", a-t-elle encore dit.

"Nous rendrons transparents la totalité des prélèvement réalisés hier et aujourd'hui", a-t-elle affirmé. Élisabeth Borne a pour sa part précisé qu'il n'y avait "pas de polluants anormaux dans les prélèvements effectués".

"Je suis très étonné de voir un incendie qui se déclare en pleine nuit, dans un endroit où il n'y a personne. Je m'interroge", a déclaré à l'issue de la visite des deux ministres le PDG de Lubrizol France, Frédéric Henry.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article