Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Nancy : Des Black Blocs ont attaqué hier soir la prison de Maxéville à coups de marteau et en taguant les murs et les portes

Six hommes, identifiés comme des Black Blocs, ont fait irruption hier à 21 h 15 devant la prison de Maxéville. Ils ont tagué les murs et les portes et ont attaqué l’une d’elles à coups de marteaux. Cet épisode renforce l’inquiétude avant les manifestations de ce samedi à Nancy.
 
Stupeur hier soir à la prison de Maxéville. Six hommes, identifiés par les services de police comme des Black Blocks, ont surgi vers 21 h 15 devant l’établissement pénitentiaire. Là, rapidement et avec des gestes précis, ils ont tagué les murs de la prison.
 
Quelques minutes auparavant, ils avaient brûlé des pneus, obstruant ainsi les deux axes principaux qui mènent à l’établissement. Quatre lettres « ACAB » ont été tracées sur la façade à l’aide d’une peinture fluorescente. Cet acronyme hostile aux forces de l’ordre "All cops are bastards", est apparu en Angleterre au milieu des années 80 lors du mouvement de révoltes des mineurs de fond.
 
« Feu aux prisons » est la deuxième inscription tracée par les six hommes. Ces derniers se sont ensuite attaqués à coups de marteaux à la porte réservée au personnel. Cette dernière a été fortement endommagée. Ils ont, enfin, épandu une huile noirâtre sur une autre porte de l’établissement, celle réservée aux passages des véhicules.
 
Après une poignée de minutes passées sur place, les hommes se sont éloignés en courant, de la même façon qu’ils étaient arrivés.
 
« C’est de pire en pire, le personnel de nuit est vraiment inquiet, il n’y a plus de limites à la violence », regrettait hier soir un membre du syndicat FO pénitentiaire venu sur les lieux.
 
Plusieurs fourgons de police sont arrivés à la prison. Ils devaient y rester une partie de la nuit afin d’éviter un retour des casseurs, même si celui-ci semblait improbable. Les auteurs des faits se sont envolés dans la nature.
 
Cette scène inédite renforce l’inquiétude qui s’est emparée de la ville de Nancy alors que des manifestations jugées « à risques » par les autorités sont prévues ce samedi.

On les arrête quand ces types...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article