Invité de "Morandini Live", un ingénieur chimiste affirme que "certains produits très toxiques ont brûlé lors de l'incendie à Rouen" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Invité de "Morandini Live", un ingénieur chimiste affirme que "certains produits très toxiques ont brûlé lors de l'incendie à Rouen"

Invité de "Morandini Live", un ingénieur chimiste affirme que "certains produits très toxiques ont brûlé lors de l'incendie à Rouen"

Ce matin, Frédéric Poitou était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. L'ingénieur chimiste, qui est également expert judiciaire, a évoqué la publication de la liste des produits chimiques qui ont été détruits lors de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen.

"On trouve sur cette liste un certain nombre de produits relativement peu dangereux ; d'autres beaucoup plus dangereux, explosifs et irritants qui se sont vaporisés lors de l'incendie et qui ont entrainé des produits très toxiques. Surtout, c'est la recombinaison de tous ces produits lors de l'incendie et de l'explosion qui est inquiétante car elle génère un certain nombre de produits très toxiques", a-t-il déclaré.

Jean-Marc Morandini lui a alors demandé quels sont les risques pour les personnes qui ont inhalé les suies. "Le risque se mesure en durée d'exposition en sachant précisément les substances auxquelles les gens ont été exposés. Or, on ne le sait pas encore très bien même si, entre collègues de laboratoires, des analyses commencent à fuiter. On pense qu'il y a des dioxines et du furane. Les risques sont très élevés ! Ce sont des molécules qui ne sont pas anodines. Ce sont celles que l'on retrouve dans tous les procès de victimes d’incinérateur", a répondu l'expert.

Pour lui, "les autorités ne nous disent pas exactement tout". "Ils produisent des résultats d'analyses qui ne sont pas pertinents. Ce n'est plus la peine de publier les résultats d’atmosphère car toutes les molécules sont retombées par terre. Là où on va savoir c'est quand les analyses des suies et des boues qui ruissellent sur Rouen, des produits laitiers et agricoles seront publiées. Dans l'atmosphère, il n'y a plus grand chose. (...) Il faut faire des prélèvements sur les traces de suies et de boues, sur les terres agricoles, dans les produits laitiers. Là, on verra quelle est la dangerosité".

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article