L'actrice Anny Duperey revient sur sa participation à un reportage d'Envoyé Spécial sur France 2 : "C'était un peu une trahison" - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

L'actrice Anny Duperey revient sur sa participation à un reportage d'Envoyé Spécial sur France 2 : "C'était un peu une trahison"

L'actrice Anny Duperey revient sur sa participation à un reportage d'Envoyé Spécial sur France 2 : "C'était un peu une trahison"

Ce matin, Anny Duperey était l'invitée de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. La comédienne est revenue sur son combat contre le Lévothyrox à l’occasion de la sortie du livre "Les résistantes : 12 femmes qui font bouger la médecine" (éditions Harper Collins).

"On n'estime pas le nombre de morts potentiels qu'il y a eu à cause du Lévothyrox (...) Si une majorité d'hommes étaient touchés, peut-être qu'on aurait traité le sujet différemment", a-t-elle expliqué en indiquant que "le corps médical dans son ensemble, sauf de très rares exceptions, ne croyait pas" aux effets secondaires du médicament.

A la question de savoir si elle s'est investie d'une mission, la comédienne répond : "Je ne suis pas une militante née. L'injustice m'a semblé énorme que j'ai continué à en parler (...) Je ne pensais pas que dans notre belle France, avec un service de santé l'un des plus performants au monde, on puisse ne pas écouter les malades à ce point. Je n'y croyais pas. J'en reste extrêmement choquée".

Anny Duperey, qui a toujours des effets secondaires, a continué en précisant que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a "elle-même reconnu qu'il y avait une inconnue scientifique". "Pourquoi on ne l'a pas cherchée. Pourquoi on a cherché à la masquer ? C'est ça qui est choquant !", a-t-elle estimé. 

L'actrice est revenue sur sa participation à un reportage d'"Envoyé Spécial" sur France 2 consacré au Levothyrox en 2017. "J'avais écrit une lettre un peu après. C'était un petit peu une trahison. j'ai compris pourquoi", a-t-elle déclaré en précisant que la journaliste qui avait réalisé le sujet "prenait un peu de Lévothyrox et elle n'avait pas d'effets secondaires".

"Je crois que tous les gens qui ont été concernés et qui ont pris position, avaient un peu tous et c'est humain, soit eux-même, soit leur femme, soit leur soeur, soit leur famille, soit leur mère touchés. Ils y croyaient et tous les autres n'y croyaient pas", a-t-elle conclu.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article