Taxe Gafa : Roquefort, yaourts... Washington menace de surtaxer des produits français jusqu'à 100% - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Taxe Gafa : Roquefort, yaourts... Washington menace de surtaxer des produits français jusqu'à 100%

Washington a menacé lundi d'imposer des droits de douane additionnels, pouvant aller jusqu'à 100%, sur l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français en réponse à l'instauration en France d'une taxe sur les géants américains du numérique.
 
Parmi les produits qui pourraient être surtaxés figurent de nombreux fromages dont le Roquefort, les yaourts, le vin pétillant ainsi que des produits cosmétiques comme le savon et le maquillage ou encore les sacs à main.
 
L'administration Trump semble donc pour l'heure épargner le vin traditionnel, un des produits d'exportation tricolore les plus emblématiques, par ailleurs déjà sous le coup de représailles américaines dans un autre litige commercial sur des subventions européennes à Airbus.
 
Cette annonce fait suite à une enquête ouverte en juillet dernier par le représentant américain au Commerce (USTR) concluant que cette législation française dite "Gafa" (Google, Apple, Facebook et Amazon) porte préjudice aux entreprises américaines.
 
La proposition de l'USTR, qui doit encore recevoir l'aval du président américain Donald Trump, risque d'intensifier les frictions avec l'Union Européenne et la France en particulier.
 
Lundi, bien avant l'annonce de cette menace de représailles, le ministre français de l'économie Bruno Le Maire avait prévenu que la France ne renoncerait "jamais" à sa taxe sur les géants de la tech, et reproché aux Etats-Unis de ne plus vouloir d'un grand accord international sur la fiscalité du numérique.
 
La France "n'a pas à reculer" sur la mise en place d'une taxe visant les géants de l'internet, a insisté mardi la secrétaire d'État à l'Economie Agnès Pannier-Runacher.
 
"Il est très clair que nous n'avons pas à reculer par rapport à un sujet qui économiquement fait du sens, et qui est de justice fiscale (...) on doit être pugnace sur ce sujet", a indiqué Mme Pannier-Runacher sur Sud Radio, rappelant que cette taxe "n'est pas dirigée contre les plateformes numériques américaines" mais s'applique également aux plateformes françaises.
 
Ce mardi matin sur les ondes de Radio Classique, Bruno le Maire a réagi en qualifiant "un projet de sanction tout simplement inacceptable".
 
Selon le ministre des Finances, cette taxe sert "à rétablir de la justice fiscale".
 
Malgré deux camps qui ont l'air de camper sur leur position, Bruno le Maire averti qu'il "faut éviter d’entrer dans ce conflit".
 
Ces nouvelles menaces ont été dévoilées la veille d'une rencontre entre Donald Trump et le président français Emmanuel Macron.
 
Cette rencontre bilatérale, qui doit se tenir mardi à Londres à, dans le cadre du sommet de l'Otan, sera scrutée avec une attention particulière.
 
Le président français a en effet jeté un pavé dans la mare début novembre en affirmant que l'Alliance était en état de "mort cérébrale", déplorant le manque de coordination entre les Etats-Unis et l'Europe face à l'offensive de la Turquie dans le nord-est de la Syrie.
 
L'imposition de tarifs douaniers punitifs sur les produits français ne pourra, elle, pas intervenir avant la mi-janvier, à l'issue d'une période de consultations pour examiner les éventuelles demandes d'exemptions, selon le calendrier dévoilé par l'USTR.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article