Intervilles de retour sans les vachettes : Gros appel au boycott lancé - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Intervilles de retour sans les vachettes : Gros appel au boycott lancé

"Intervilles" fera prochainement son retour, sur France Télévisions. Nagui a souhaité remettre l'émission à l'antenne, mais sans les fameuses vachettes. Après que la nouvelle a été annoncée, un appel au boycotte a été lancé.
 
Créée par Guy Lux et Claude Savarit, l'émission Intervilles a été diffusée pour la première fois en 1962 et pour la dernière fois en 2016. Le principe ? Deux villes françaises s'affrontent à travers une série d'épreuves physiques et de jeux d'adresse. Nostalgique, le producteur Nagui a pris la décision de la faire revenir avec Bruno Guillon, Olivier Minne et Valérie Bègue à la présentation. Fervent défenseur de la cause animale, l'époux de Mélanie Page n'a bien entendu pas souhaité intégrer les célèbres vachettes dans sa version, une décision qui n'a pas fait l'unanimité.
 
Les fans d'Intervilles s'en souviennent. Une épreuve était réalisée dans une arène dans laquelle se trouvaient des vachettes, un jeu inspiré des courses landaises. Les participants devaient donc les éviter tout en respectant les règles du défi. Mais, sans surprise, Nagui n'a pas souhaité que ces animaux soient présents dans son émission comme l'avait révélé Olivier Minne lors d'une interview pour TV Mag, réalisée début janvier. "Intervilles va se réinventer sans les vachettes et ça va très bien fonctionner. Et il n'y a pas que les vachettes dans Intervilles, fort heureusement", avait-il tenu à rassurer les fans, tout en précisant tout de même qu'il y a cinquante ans, les vachettes étaient très bien traitées.
 
Mais cela n'a pas calmé la colère de l'union des villes taurines françaises. Sur sa page Facebook, elle a lancé un appel au boycott, mardi 21 janvier 2020 : "L'Union des villes taurines françaises invite toutes ses villes membres à refuser de participer à Intervilles si la décision d'exclure les vaches est maintenue. Un courrier part ce jour à la production et à Nagui."

Le groupe Facebook “Non à Intervilles sans vachettes” compte aujourd’hui près de 13 000 membres. Sur Twitter, les réactions ont également été nombreuses : “Intervilles sans vachettes c'est comme la pêche sans poissons”, “Ça n’a pas de sens”, “Et si les vachettes s’amusaient autant que nous ?”, “Une décision absolument ridicule qui va à l'encontre de l'esprit d'Intervilles. Robert Ménard, a lui aussi commenté la décision : “La défense de la cause animale est légitime, mais là, c'est ridiculiser ce combat !”

Simone Garnier, ancienne animatrice a rappelé que les vachettes étaient les vedettes d’Intervilles depuis les débuts de l’émission : "Au premier coup de corne, tout le monde était fasciné et conquis. Les vachettes n'étaient pas maltraitées du tout" à son époque : "Elles ont toujours été respectées. Les responsables les soignaient très bien. On ne peut pas dire que les vachettes ont déjà souffert. Par contre, elles pouvaient maltraiter les concurrents, ça c'est sûr !"

À noter que ladite union regroupe de nombreuses villes du Sud-Ouest de la France comme Alès, Mimizan, Bayonne, Dax, Carcassonne, Palavas les flots, Béziers, Istres. Mais, pour l'heure, elles n'ont pas indiqué si elles souhaitaient suivre ce mouvement. Nagui n'a également pas encore réagi.
 
Intervilles sans vachettes, ce sera sans moi... Bientôt on va reprocher à Drucker d'emmener son chien dans son émission. Et justement de la part de Nagui, il aurait pu faire en sorte que tout se passe bien pour les vachettes. Contrairement à la corrida que je suis contre, car maltraitance, je n'ai rien contre les courses de taureau ou aux vachettes d'Intervilles. Déjà qu'Intervilles a perdu son charme en passant de TF1 à FTV, alors si il n'y a pas les vachettes, autant faire Jeux sans frontières.
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article