EN DIRECT - Gilets Jaunes : Incidents et une voiture de militaires Vigipirate en feu près du Champs de Mars - 51.400 manifestants selon le Ministère de l'Intérieur - 110.000 selon les Gilets jaunes - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

EN DIRECT - Gilets Jaunes : Incidents et une voiture de militaires Vigipirate en feu près du Champs de Mars - 51.400 manifestants selon le Ministère de l'Intérieur - 110.000 selon les Gilets jaunes

19h21: Nouvelle baisse pour le treizième samedi de mobilisation des "gilets jaunes" : le ministère de l'Intérieur a comptabilisé 51 400 personnes, contre 58 600 samedi dernier. A Paris, érosion également, avec 4 000 manifestants, contre 10 500 la semaine dernière.

18h01: La députée LREM de la 16e circonscription de Paris, Delphine O, indique sur Twitter que sa permanence a été vandalisée. Delphine O, née le 25 décembre 1985 à Mont-Saint-Aignan, est une entrepreneuse et femme politique française. Suppléante de Mounir Mahjoubi, député de la seizième circonscription de Paris pour LREM, elle lui succède lorsqu'il devient secrétaire d'État au Numérique dans le gouvernement d'Édouard Philippe

17h54: Coup de gueule ce soir de Christophe Castaner sur les réseaux sociaux :

17h27: Nantes : Les forces de l’ordre ont tiré du gaz lacrymogène à plusieurs reprises pendant la manifestation, mais aussi après la dispersion du cortège en milieu d’après-midi, selon Presse-Océan.

17h04: Aux cris de "Macron, démission !" et "Marseille, debout, soulève-toi !", 1500 manifestants ont remonté la Canebière à Marseille ce samedi, selon la police. Ils ont rejoint la Plaine, une place du centre-ville en travaux, dont le projet de la réhabilitation de la mairie soulève d'importantes contestations, en hurlant "Marseille antifa, la Plaine, elle est à nous !". À Montpellier, environ 1500 manifestants ont également défilé sous des banderoles : "Macron, rends l'ISF", "tous unis pour la démocratie et la solidarité".

16h59: Incidents et une voiture de militaires Vigipirate en feu près du Champs de Mars : De nombreux manifestants sont maintenant sur le Champs de Mars et au pied de la Tour Eiffel.

15h48: Le Ministère évoque 12.100 manifestants en France à 14h contre 17.400 il y a une semaine à la même heure.

15h46: Maxime Nicolle, alias "Fly Rider" n'a pas pu accéder à la frontière italienne. Les accès ont été bloqués par les forces de l'ordre. La figure des gilets jaunes est actuellement bloquée à Menton.

15h03: À Bordeaux, place forte de la mobilisation ces dernières semaines, plusieurs milliers de personnes se sont élancés à partir vers 15 heures de la place de la Bourse, tandis qu'un véhicule de gendarmerie a été bloqué une dizaine de minutes par les manifestants, rapporte France Bleu Gironde.

14h32: Contrairement au parvis de l'Assemblée nationale, celui du Sénat n'a pas été le théâtre de violents heurts entre manifestants et forces de l'ordre. Désormais, les gilets jaunes se dirigent vers le siège du Medef, principal syndicat patronal, avant de se rendre au point de chute du cortège, le Champ-de-Mars.

13h49: Les slogans récurrents visant la police, accusées de violences notamment avec l'utilisation des controversés LBD, ou le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, dont la proposition de loi "anticasseurs" a été adoptée par l'Assemblée au prix de sévères remous dans la majorité, ont été scandés. Deux blindés à roues de la gendarmerie étaient garés devant l'Arc de Triomphe, vandalisé le 1er décembre.

Sur une pancarte : "Débat national = campagne électorale. Macron, arrête de nous prendre pour des cons." "Il faut pas lâcher, il faut qu'on gagne pour avoir plus de justice sociale et fiscale dans ce pays", estime Serge Mairesse, un retraité d'Aubervilliers porteur d'une pancarte "Rendez-nous l'ISF".

"Ce mouvement exprime la vraie colère sociale dans ce pays, de la part de gens qu'on n'entend jamais", souligne cet homme de 63 ans qui participe à sa onzième manifestation depuis le début de la fronde en novembre. La préfecture de police n'exclut pas d'autres rassemblements parisiens, certains au sein du mouvement ayant décidé de ne plus déclarer les manifestations.

En régions, des rassemblements sont prévus à Bordeaux et Toulouse, pôles depuis plusieurs semaines de contestations souvent émaillées de heurts. Diverses actions sont également programmées dans d'autres villes : Montpellier, Lille, Nantes, Rennes, Brest, Caen, Lorient...

13h40: Un manifestant a eu la main arrachée au cours des incidents devant l'Assemblée selon l'AFP.

Lors des affrontements qui ont eu lieu devant l'Assemblée nationale entre forces de l'ordre et gilets jaunes (réels ou prétendus), un manifestant a perdu sa main. Selon une source policière, cet individu (qui n'était pas vêtu d'un gilet jaune) a voulu récupérer une grenade lacrymogène pour la renvoyer sur les forces de l'ordre. La grenade a détonné avant qu'il ne puisse s'exécuter. 

13h57: Après les quelques tensions qui ont éclaté devant l'Assemblée nationale, le cortège parisien de gilets jaunes a repris sa marche, le long du boulevard Saint-Germain désormais. Le Sénat, situé au jardin du Luxembourg, est la prochaine étape prévue.

13h32: A Paris, des violences ont éclaté devant l’Assemblée nationale aux alentours de 13 heures, alors qu’un groupe a tenté de bousculer des palissades devant le bâtiment. Un manifestant a perdu sa main au cours des violences, sans qu’on connaisse les circonstances précises de sa blessure. Il est actuellement pris en charge par le service de secours de la manifestation. Le cortège de quelques milliers de personnes avait commencé à se former en fin de matinée sur l’avenue des Champs-Elysées, traditionnel lieu de rendez-vous des militants depuis le début du mouvement en novembre.

13h06: Affrontements et gaz lacrymogène devant l'Assemblée Nationale - Un commissaire de police a été blessé - la situation est de plus en plus tendue.

12h46: Les stations de métro et RER fermées à Paris :

Ligne 1 : Tuileries Lignes 1, 8 et 12 : Concorde Lignes 1 et 13 : Champs-Elysées Clemenceau Lignes 1 et 9 : Franklin D. Roosevelt Lignes 9 et 13 : Miromesnil Ligne 13 : Varenne.

Plusieurs lignes de bus sont susceptibles, elles aussi, d'être déviées ou limitées dans ce secteur. La RATP précise enfin que la réouverture des stations se fera sur autorisation de la Préfecture de Police.

12h41: Le cortège avance dans Paris et traverse la Seine.

12h52: Premiers gaz lacrymogènes à Paris alors que la tension monte d'un cran vers l'Avenue Montaigne et les Champs Elysées.

12h06: Un homme blessé sur les Champs Elysées sans que l'on sache vraiment ce qui s'est passé.

11h49: Le cortège commence à défiler dans les rues de Rouen, fort de 500 personnes selon un journaliste présent sur place.

11h44: Christophe Castaner, le Ministre de l'Intérieur, prend la parole et évoque "quelques centaines de personnes qui manifestent " et "4 petites manifestations déclarées à Paris." Et d'ajouter : "Il est peut-être temps d'arrêter la violence".

11h09: Pour ce 13e samedi de mobilisation des gilets jaunes, quatre blindés ont été prévus à Paris. Un millier d'agents des forces de l'ordre sont également mobilisés en renfort dans la capitale.

10h40: Quelques centaines de personnes bloquent en ce moment la circulation des voitures sur les Champs Elysées.

10h31: Une trentaine de "gilets jaunes" bloquent la gare maritime de Cherbourg ce matin, rapporte de son côté France Bleu Cotentin. Cinq camions ont été bloqués, quatre autres ont fait demi-tour.

10h24: Les premiers gilets jaunes commencent à se regrouper à Paris, Place de l'Etoile, lieu annoncé du rassemblement de l'Acte 13.

07h30: Contrairement aux précédentes mobilisations, aucune ville ne semble avoir été désignée pour incarner symboliquement la protestation samedi 9 février, comme cela a été le cas précédemment à Bourges, le 12 janvier ou Valence, le 2 février.

Les Gilets jaunes ont toutefois encore prévu de nombreuses actions dans le pays, même si l’ampleur de leur mobilisation est incertaine.

« Aucune manifestation n’a été déclarée pour samedi [9 février] car ceux qui déclarent en ont marre que les manifestations se finissent toujours de la même manière !! », s’est exclamé sur Facebook Eric Drouet. Le chauffeur routier de 33 ans, l’une des figures du mouvement, explique dans un post ne faire « que relayer » certains rassemblements.

Jérôme Rodrigues, une autre des figures du mouvement, blessé à l’œil le 26 janvier, annonce pour sa part, via un communiqué publié sur son compte Facebook, que, « par décision collective », les manifestations parisiennes ne seront plus déclarées, arguant que « la liberté de circuler, la liberté de manifester, la liberté d’expression […] sont bafouées par le gouvernement. » « Chacun comprendra qu’il est libre d’aller et venir, de circuler et d’agir comme bon lui semble », est-il encore précisé. Aucun point de rassemblement n’est donc spécifié.

Source JMM

Ils me font de plus en plus chier ces GJ... Des week-end de plus en plus pourris...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article